AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
N'oubliez pas de voter pour le forum dans ce sujet
N'oubliez pas de commenter les pubs PRD et Bazzart et d'aller réclamer vos points
« HEY TOI LÀ !!! JE TE VOIS !!! Pose ce cookie tout de suite et inscris toi !! Nous on a mieux, on a des choco-suprème... »
N'oubliez pas d'envoyer vos secrets à Bitchcation.
Ne réclamez pas vos points, ils seront ajoutés automatiquement à la réception du MP!
La newsletter de juin est enfin là. N'hésite pas à aller la lire et la commenter !
Tu peux la retrouver par ici
Le groupe du mois est ici et le membre du mois . N'hésitez pas à aller les féliciter, ça vous donne des points!
Retrouvez la fiche de liens du membre du mois.
Prendre un PV, un scénario ou un pré-lien vous donnera 20 points à la validation de votre fiche.
Rejoindre les Lucas vous donnera 70 points à votre validation. Rejoindre les Disney ou Hitchcock vous donnera 50 points.

J'ai actuellement : 90 points et j'ai balancé : 616

Message(#)Sujet: Hello rich people? Aaron's joining you, yes I'll hold.   Mar 19 Avr - 22:34

Aaron Davis
Une petite citation LeL
Donald Glover - Lily du Cheshire
Nom : Davis
Prénom : Aaron
Surnom : Patron, Boss
Date de naissance : 08/09/1983
Lieu de naissance : Chicago
Age : 33 ans
Origines : Américaines
Nationalité : Américaine
Situation Conjugale : Célibataire
Orientation Sexuelle : Hétérosexuel
Situation financière : Moyenne
Métier : Patron du bar Red Lion Tavern
Groupe : Hitchcock  
 
Caractère

Aaron, c'est ce garçon qu'on a toujours cru trop sérieux pour être drôle, mais qui se révèle être profondément altruiste et une vraie pipelette pour peu qu'on le laisse en placer une. Avant quand il était à l'école, au travail, voire dans la vie de tous les jours, il ne peut pas rester inactif. Le calme, tranquille à siroter une limonade au soleil, les yeux fermés à attendre simplement que le temps passe, il ne connait pas. Il aura toujours une main sur son téléphone à se tenir au courant des derniers évènements et l'autre à laver un verre de scotch.
D'ailleurs, s'il est si obstiné c'est car il ne pardonne que rarement l'échec, jamais le sien. Il est à des miles d'être méchant ou mauvais car il croit en une sorte de système utopique de justice partout et tout le temps, mais il fait preuve de sévérité avec lui et avec les autres lorsque c'est nécessaire. C'est un bon patron, qui saura redresser la barre en cas de coup dur, mais aussi et surtout profiter des bons moments et être capable de féliciter chaque personne qui en est à l'origine. Et Dieu sait que ce n'est pas donné à tous de savoir dire "merci".
En parlant de Dieu, Aaron est du genre croyant quand ça l'arrange. Élevé dans la chrétienté par sa mère, il a commencé à délaisser le vieux bonhomme quand il a compris que sans efforts de sa part rien ne lui serait vraiment servi sur un plateau. Il avait beau prier chaque soir que leur situation s'arrange, rien n'arrivait, alors au Diable l'homme à la barbe blanche : Aaron s'en sortirait mieux par lui-même. Il ne peut s'empêcher de penser que c'est peut-être car il a mis fin aux prières que sa mère a fait un AVC, mais il se persuade que l'homme tout en haut avait simplement prévu depuis le départ que la famille Davis serait synonyme de bouc-émissaire.
Malgré cette foi lancinante, il est un homme très sage qui n'ira que rarement dans l'excès de tout type. Il a eu sa période de folie et d'inconscience ; quand on se retrouve seul et sans attache à pas même vingt ans, on tend à faire n'importe quoi. Mais aujourd'hui il a su se reprendre en main et ne compte pas tomber en dérive alors qu'il sort enfin la tête de l'eau. Il garde cependant de cette époque un tempérament un peu bougon, comme une nostalgie amère dans laquelle il refuse de se laisser plonger. Râleur juste pour le plaisir de se le permettre, il garde un sourire à toutes épreuves placardé sur ses lèvres et n'est que très rarement réellement énervé.
Il sait tout de même profiter et s'amuser, mais ce sera toujours en réfléchissant aux conséquences pour ne rien mettre en danger de sa petite routine agréable. Ce qui est inutile, il ne le fera pas, comme s'acheter une voiture alors qu'il a une carte de métro et utilise son vélo ; ou encore acheter des produits de marque alors que les premiers prix ne sont pas forcément moins bons pour la santé.
Malgré ces détails qui font de lui une personne qu'on qualifierait de relativement coincée, Aaron est profondément gentil et agréable. Il sait rire, sortir la petite pique qu'il faut au bon moment et savourer ces petits victoires qu'il garde pour lui. Il déteste par dessus tout la solitude et est un bon ami, attentif et à l'écoute qui saura donner de véritables conseils et pas juste hocher la tête en silence. Avec les personnes qu'il apprécie, il sera très protecteur mais aussi très jaloux, ne permettant pas de les voir souffrir sans pouvoir tenter de faire quelque chose.
C'est en fait un gros nounours au cœur tendre caché au fond d'un corps placide de grizzly.
Un peu plus sur ton personnage

Hobbies : Il collectionne les sous-bocks que lui offrent ses prestataires depuis qu'il est propriétaire d'un bar. Il est aussi excellent au billard ou encore à Guitar Hero, et ce n'est pas pour rien qu'il organise des soirées thématiques au Red Lion...
Objectif(s) de vie : Petit à petit, fonder sa propre famille qui ne soit pas composée que de piliers de bar ou de colocataires.
Aime : La vieille musique anglaise, les odeurs du bar le matin, la bière et le cidre en pression, avoir des discussions vides de sens avec les clients les plus éméchés, le calme et la stabilité d'une situation maîtrisée, chanter et danser seul lorsqu'il fait la fermeture, les chiens, son unique cigarette journalière, obtenir un nouveau produit pour le bar, les soirées billards, les jours de repos, quand ses employés font les choses comme il les aurait faites lui-même.
Déteste : Faire sa comptabilité, quand le bar est sale ou en désordre, qu'on lui demande ce qu'il propose à manger, les clients qui vomissent parce qu'ils ne connaissent pas leurs propres limites, quand ses employés font des bêtises, les personnes supérieures ou vénales, l'abrutissement de la TV, les coups d'un soir, qu'on le croie trop sérieux.
Phobie(s)/Peur(s) : Aaron est atteint d’une très très virile hématophobie. S’il voit du sang en trop grande quantité – car n’abusons pas, une coupure avec une feuille de papier lui fait ni chaud ni froid, juste mal – il va se sentir soudain mal au point d’en avoir des vertiges et des douleurs d’estomac. Il peut même lui arriver de purement et simplement tomber dans les pommes.
Lieu d'habitation :  Westside, avec les autres fous dans la Maison du Bonheur.
La bitch et ton personnage

Expliquez en 10 lignes minimmum ce que vous pensez de BitchCation
Derrière l'écran
Pseudo : Callipyge, ou Musca pour ceux qui sont encore plu intimes
Âge : 24 ans
Scénario/prédefini : Oui
Comment as tu connu le forum ? Y’a une bretonne qui fait qu’en parler.
Ce que tu en penses : Il a pas de fautes, il est beau 8D /PAN/
Un mot pour la fin : Je vous hais un peu dans mon cœur, parce que je voulais pas me faire de nouveau perso, et encore moins encore un homme. Mais. ♥  

Veux tu un parrain ? Non

Recense ton avatar :
Pour un scénario/préfed
Code:
[url=http://losangelestimes.forumactif.org/u11]●[/url] [url=http://losangelestimes.forumactif.org/t83-l-auberge-californienne-4-5]●[/url] <span class="reserve">DONALD GLOVER</span> ► « [url=http://losangelestimes.forumactif.org/t128-hello-rich-people-aaron-s-joining-you-yes-i-ll-hold#one]Aaron Davis[/url] »



L'histoire de ta vie
C'est à partir d'1h30 du matin que tu commences à parler de la fermeture. Petit à petit, le bar se vide, ne laissant plus que les odeurs d'écumes de bières qui collent encore aux parois des verres, et la transpiration alcoolisée des quelques habitués que tu connais bien. Tu tournes d'abord la pancarte pour indiquer que le Red Lion est fermé, puis tu vas faire un tour rapide pour t'assurer que personne ne se cache entre deux sofas ou dans les toilettes. Les employés sont partis depuis longtemps, ce soir c'est le patron qui ferme et ils le savent. Une fois assuré que tu es enfin seul, tu mets une musique qui te plait, que tu écouterais à chaque secondes si tu le pouvais. Quelque chose de rythmé, de vivant, et tu commences à ranger et à te perdre dans tes pensées.

Son enfance était simple, à Aaron. Pas de père, une figure absente, mais une mère qui était amplement suffisante pour combler cet espace vacant. Jamais il n'aurait de frère ou de sœur, c'était la plus grande peur de la femme que d'être à nouveau abandonnée. Mais cela convenait très bien au petit garçon qui s'entourait facilement d'amis avec son tempérament facile, qui n'avait peur de rien. La honte, il ne connaissait pas et se moquait bien de ce que pensaient les autres puisque sa mère lui répétait souvent : "Ce qui compte, c'est que tu croies en toi" et toutes ces bêtises qu'on dit aux plus jeunes pour leur apprendre les bonnes valeurs.
Le quotidien n'était peut-être pas celui d'une famille aisée, mais ils se suffisaient : eux deux contre le monde. Puis Aaron, c'était un de ces enfants curieux, intelligents... Alors sa mère s'est battue pour qu'il réussisse, qu'il fasse des études. Avec les autres, il n'avait pas de souci ; on le voyait un peu comme un intello, parfois timide, mais il avait sa petite bande d'amis. En revanche pour les filles, c'était autre chose, un peu plus compliqué. C'est au lycée qu'il a commencé à avoir du succès, quand sa croissance a décidé de faire un bon et que le sport lui a fait beaucoup de bien. Il s'est spécialisé dans les sciences, parce que son dada c'était la chimie, et il a commencé à sortir avec des filles qui lui plaisaient. Le quotidien d'un adolescent, sans encombre ni aucune peur.
Avec tout cela, il combinait un petit job alimentaire dès qu'il eut 16 ans. Un coup caissier, un coup groom dans un hôtel ou encore serveur en bar ou restaurant ; il n'avait que des contrats de quelques mois et se lança dans la vie active à travers ces expériences. Cela aidait sa mère, et ce n'était pas négligeable pour ne pas mettre de côté la santé et le confort de chacun.

Oui, tu te souviens de ces journées passées avec les enfants du quartiers. Petit, tu allais jouer aux jeux vidéos chez les voisins plus fortunés, tu faisais des bêtises, jamais trop grosses, avec les grands frères de certains. Tu l'envies cette enfance douce et joviale, où tu avais une mère assez impliquée pour cacher à son fils ses problèmes et ceux de la société. Les cliquetis des verres propres te ramènent durement à la réalité, celle d'aujourd'hui où l'aspirateur ne se passera pas seul. Les tables en extérieur ont été ramenées par tes employés avant de partir ; ils sont impliqués et t'enlèvent un lourd poids des épaules, tu le sais et les remercies chaque jour pour cela. Une grande respiration emplie tes poumons et te voilà hors du meuble bar, aspirateur branché, à nettoyer le sol comme tu nettoies tes souvenirs.

Mais d'où est-ce qu'il me lègue tout ça ! Il me connait même pas, c'est quoi ce choix ?! Il croit se faire pardonner, l'air de rien, en m'offrant deux taudis à gérer ?... C'était la colère qui avait d’abord prit place dans le cœur d'Aaron lorsqu'il avait reçu cette lettre à ses 17 ans. Le lycée lui prenait déjà bien assez la tête, mais voilà que maintenant il devait faire avec les remords de son père qui venait de mourir, il ne savait pas même dans quelles circonstances. Cette information aurait été plus utile qu'un bar et une grande maison en Californie : et si il avait eu une maladie héréditaire ? Est-ce qu'il y avait seulement pensé, dans toute son arrogance ?
Alors il n'en fit rien de cet héritage. Mais quand on lui conseilla de vendre, pour une raison qu'il ignore encore, un déclic dans son cerveau l'en empêcha. Peut-être la voix de ses amis qui lui disaient que la maison en bord de plage c'était le bon plan, ou celle de sa mère qui ajoutait que même s'il ne l'aimait pas et ne le connaissait pas, un jour il serait peut-être heureux d'avoir quelque chose qui appartenait à son père. Enfin le sentiment d'être entier. Il garda ces possessions, ira peut-être les voir un jour mais pas maintenant. Quand il finit le lycée, il s'inscrit au Community College du coin, car il peut se l'offrir, dans la spécialité Chimie. Tout roule toujours comme sur des roulettes, c'est plutôt sérieux avec sa copine de l'époque et ils s'en sortent toujours à peu près avec sa mère. Mais ça, c'était avant qu'elle ne fasse un AVC.
Un Accident Vasculaire Cérébral, ça peut toucher tout le monde à n'importe quel moment, c'est ce qu'ils ont dit à l'hôpital. Il n'y a pas de raison particulière à ça, même si le stress devait jouer, et pas de moyen de s'en soigner vraiment. Il faut attendre et voir ce qu'il en est. Peu de temps après, elle a refait un AVC, puis encore un autre. Elle s'est remise 3 mois, et le quatrième AVC s'est conclu par une apoplexie foudroyante. Ça porte bien son nom cette chose, foudroyante. Elle est morte sur le coup, de façon aussi brutale qu'attendue, même si on ne se prépare jamais vraiment à se retrouver seul à 19 ans.
Aaron a mis du temps à s'en remettre. La blonde qui l'accompagnait l'a petit à petit laissé tomber car il était assez excécrable et énervé après la mort de sa mère. Chaque coin de rue, chaque lieux de Chicago portait son souvenir, sa voix. Il avait l'impression qu'il ne se débarrasserait jamais de ce fantôme dont il se sentait étrangement coupable, alors qu'il n'avait rien pu faire. L’hospitalisation avait puisé leurs réserves d'argent, alors Aaron se dit qu'il était peut-être temps pour changer de vie et aller voir le taudis qui l'attendait à Los Angeles.

Maintenant, la poussière a disparu, comme ces années de doute et de douleur. Tu ranges l'aspirateur et continues de fignoler la fermeture. Il y a des personnes à la porte, à qui tu fais un signe de la tête pour leur faire comprendre qu'ils arrivent après l'heure, et tu te replonges dans ton travail. La lavette circule de table en table, et sur elles, finissent par trôner les tabourets retournés. Tu vas remettre du papier dans les toilettes, dans lesquelles tu passes aussi un coup d'éponge et de produits lavants pour que tout soit parfait demain à l'ouverture. Il reste du savon pour les mains, alors tu retournes poser celui que tu avais pris dans la réserve. Une dernière chose est à faire avant de pouvoir enfin rentrer chez toi : la caisse. Les comptes.

Monsieur Davis, vous avez 19 ans... Ce n'est pas la majorité dans cet Etat, vous comprenez bien que vous ne pouvez pas diriger un bar, enfin...
— Et alors quoi ? J'en reste le propriétaire, non ? J'en fais quoi moi, de mon bar ?

Le notaire du père d'Aaron a mis du temps à trouver un compromis avec le jeune homme. Il faut le comprendre, il a tout plaqué pour venir ici : plus d'études, pas de diplômes, plus d'amis ni de copine... Il a besoin des revenus que pourrait lui donner ce bar. Mais un compromis est trouvé, celui de laisser la gestion à son oncle, qu'il rencontre tout juste, pour quelques années, le temps qu'Aaron ait au moins 21 ans. Le deal est conclu, en attendant, il se trouva un petit job qui ne payait pas de mine et supervisait avec cet oncle sortit de nulle part la réouverture du Red Lion. L'oncle en question lui permit aussi de vivre chez lui, le temps que la situation se décante.
En deux ans, le bar avait récupéré un début de clientèle et commençait à tourner. Aaron, lui, ne s'était concentré que sur son travail et avait économisé assez pour rembourser son oncle et le remercier de son aide jusque là, car des investissements avaient été nécessaire pour retaper le bar en pièces détachées. Ils décidèrent de garder contact, ce qu'il n'aurait jamais imaginé, et le jeune garçon alla s'installer dans la maison que lui avait légué son père. Ne supportant pas la solitude ambiante du lieu, il posta des annonces de collocation un peu partout et trouva très vite des personnes pour accompagner sa routine. Il reprit les rennes du bar un peu plus tard, patron à 22 ans, mais gardait un petit job à côté pour s'en sortir.
L'argent qu'il gagna les premiers mois lui permit de se payer une formation en management afin de comprendre en quoi consistait le rôle d'un manager. Cela fait 10 ans qu'il dirige ce qui est devenu le QG des étudiants avant ou après une virée à la place. Un peu bobos, un peu hispter, parfois juste banal, il se satisfait de cette nouvelle vie. Il continue d'utiliser sa passion pour la chimie en inventant ses propres cocktails pour le bar, et allie ses autres hobbies en organisant des soirées thématiques qui ont un grand succès. Avec le temps, il a fait de son business quelque chose qui fonctionne, même s'il n'a pas fait d'études. Il a aussi rencontré beaucoup de personnes par la colocation et ses employés, et il se plait vraiment dans la Maison du Bonheur, comme il l'appelle maintenant, lui qui pensait garder à jamais cette rancœur envers l'homme qui lui a donné les clefs.

Tu détestes faire la caisse, tu as toujours l'impression que tu vas oublier des billets, ou en compter en double. Heureusement, après ça tu sais que ce sera fini. Tu pourra reprendre ton vélo pour rentrer tranquillement jusque chez toi puisque tu ne vis pas loin. Alors une fois qu'elle est terminée, tu refermes cette caisse et prépares tes affaires. Les lumières s'éteignent, ne laissant plus que celles de la ville pénétrer dans le bar qui n'a ni volet ni rideau. Les fûts de bières sont pleins, le bar est propre, tout est prêt pour demain. Encore une douce semaine qui s'annonce et la mer qui s'offre à toi une fois la porte claquée.





YOU GO, GIRL ! ✽
I don't know about you, but I know I ended up here because things weren't that great out there. You should try accepting where you're at, man. Take a pottery class or something... Aaron papote en #191970


Revenir en haut Aller en bas
J'ai actuellement : 144 points et j'ai balancé : 2894

Message(#)Sujet: Re: Hello rich people? Aaron's joining you, yes I'll hold.   Mar 19 Avr - 22:39

TU ES FAIBLE :mouhahaha: :mouhahaha: :mouhahaha: :mouhahaha: :mouhahaha: :mouhahaha:

(contente de te voir ici :love: :love: :love: )

SORS MOI LE WHISKY :perv: :perv: :perv:




absente du 11/08 au 14/08




begey en puissance  :mous: :
 

Haaaaaaaave you met Ulysse ?:
 
Revenir en haut Aller en bas
J'ai actuellement : 85 points et j'ai balancé : 434

Message(#)Sujet: Re: Hello rich people? Aaron's joining you, yes I'll hold.   Mar 19 Avr - 22:40

Bienvenuuuuuuue ! :pompom:

C'est bien d'avoir craqué. On prendra soin de toi, promis ! :scott:









Revenir en haut Aller en bas
J'ai actuellement : 767 points et j'ai balancé : 1464

Message(#)Sujet: Re: Hello rich people? Aaron's joining you, yes I'll hold.   Mar 19 Avr - 22:40

Bienvenu officiellement :perv:
Tu es faible :mous:







Revenir en haut Aller en bas
J'ai actuellement : 90 points et j'ai balancé : 616

Message(#)Sujet: Re: Hello rich people? Aaron's joining you, yes I'll hold.   Mar 19 Avr - 22:53

Merci à vous trois :perv:




YOU GO, GIRL ! ✽
I don't know about you, but I know I ended up here because things weren't that great out there. You should try accepting where you're at, man. Take a pottery class or something... Aaron papote en #191970


Revenir en haut Aller en bas
J'ai actuellement : 20 points et j'ai balancé : 1272

Message(#)Sujet: Re: Hello rich people? Aaron's joining you, yes I'll hold.   Mar 19 Avr - 23:58

Booooossssssss ! (Enfin futur mouhehehe)
Bienvenuuuuue !

(Aye cest la merde sur le portable!)




Do not look over here:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar




Invité

Message(#)Sujet: Re: Hello rich people? Aaron's joining you, yes I'll hold.   Mer 20 Avr - 9:48

Childish Gambino :bave: Donald Glover quoi :bave:
Le titre vient pas de Community ? :perv:

Bienvenuuuuue
Revenir en haut Aller en bas
J'ai actuellement : 90 points et j'ai balancé : 616

Message(#)Sujet: Re: Hello rich people? Aaron's joining you, yes I'll hold.   Mer 20 Avr - 11:31

Ah, une employée à embêter ♥
Et bien sûr que oui le titre vient de Community ! J'ai décidé que tous mes titres (fiches, RP, etc) seraient des quotes de Troy :perv: - dont Aaron sera complètement différent, mais passons.

Merci ♥




YOU GO, GIRL ! ✽
I don't know about you, but I know I ended up here because things weren't that great out there. You should try accepting where you're at, man. Take a pottery class or something... Aaron papote en #191970


Revenir en haut Aller en bas
J'ai actuellement : 144 points et j'ai balancé : 2894

Message(#)Sujet: Re: Hello rich people? Aaron's joining you, yes I'll hold.   Mer 20 Avr - 17:45

Krrr Krrr (tu vois je fais comme toi :perv:)

J'adore ce que tu as fais d"Aaron, ce gros nounours :perv: J'adore l'histoiiiire. :hate: Et nous aussi on te déteste ♥

Bravo!! T'es validé(e)!!!
∞ Tu es maintenant validé(e) et tu peux aller t'amuser sur le forum. Mais avant ça, tu dois aller recenser ton avatar, ici si le staff ne l'a pas fait. Puis, après avoir fait cette bonne action, tu peux aller faire ta fiche de liens, ici. N'oublie pas d'aller recenser ton métier si tu en as un ou ton domaine d'études si tu es étudiants, ici. Et comme tu n'es pas SDF, dépêche toi d'aller faire ta demande de logement, ici.

∞ Surtout, n'hésite pas à compléter ton profil (pour plus de clarté). C'est toujours bien pour les autres d'avoir accès aux informations importantes de ton personnage, directement dans le profil.

∞ Pour une bonne intégration, tu peux aller flooder, jouer et surtout, saluer les nouveaux membres. C'est toujours plaisant de voir des membres investis et on se sent mieux en tant que nouveau !

∞ Voilà, après avoir fait tout ça, tu peux enfin aller t'amuser sur le forum, trouver des partenaires de RPs, créer un scénario et/ou des pré-liens si tu en ressens le besoin.

∞ La Team de LAT te souhaite bon jeu sur le forum




absente du 11/08 au 14/08




begey en puissance  :mous: :
 

Haaaaaaaave you met Ulysse ?:
 
Revenir en haut Aller en bas
J'ai actuellement : 90 points et j'ai balancé : 616

Message(#)Sujet: Re: Hello rich people? Aaron's joining you, yes I'll hold.   Mer 20 Avr - 17:47

Merci mon Ulysse ♥




YOU GO, GIRL ! ✽
I don't know about you, but I know I ended up here because things weren't that great out there. You should try accepting where you're at, man. Take a pottery class or something... Aaron papote en #191970


Revenir en haut Aller en bas
 
Hello rich people? Aaron's joining you, yes I'll hold.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» The Haitian People Need a Lobbyist
» Rèl kay Makorèl: sanble nou gen boat people ki peri nan Boyton
» The third temptation [Aaron]
» Boat-people: L'etat ne peut rester les bras croises
» ★ GLAMOUR PEOPLE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Los Angeles Times :: First of All :: Allow myself to introduce myself :: Done-
Sauter vers: