AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
N'oubliez pas de voter pour le forum dans ce sujet
N'oubliez pas de commenter les pubs PRD et Bazzart et d'aller réclamer vos points
« HEY TOI LÀ !!! JE TE VOIS !!! Pose ce cookie tout de suite et inscris toi !! Nous on a mieux, on a des choco-suprème... »
N'oubliez pas d'envoyer vos secrets à Bitchcation.
Ne réclamez pas vos points, ils seront ajoutés automatiquement à la réception du MP!
La newsletter de juin est enfin là. N'hésite pas à aller la lire et la commenter !
Tu peux la retrouver par ici
Le groupe du mois est ici et le membre du mois . N'hésitez pas à aller les féliciter, ça vous donne des points!
Retrouvez la fiche de liens du membre du mois.
Prendre un PV, un scénario ou un pré-lien vous donnera 20 points à la validation de votre fiche.
Rejoindre les Lucas vous donnera 70 points à votre validation. Rejoindre les Disney ou Hitchcock vous donnera 50 points.

J'ai actuellement : 22 points et j'ai balancé : 285

Message(#)Sujet: Putain, c'qu'il est blême, mon HLM ♦ Asleevan    Dim 12 Mar - 12:29


∞ Putain, c'qu'il est blême, mon HLM ∞
La danseuse se réveille comme une fleur sur les coups de 12h. Dimanche. Enfin. La semaine a été plutôt longue. L'emménagement ici, les cours de danse intensifs avant la compétition de ses élèves, et hier, elle avait une représentation de Carmen au Dolby Theatre... Cette journée de repos va lui faire le plus grand bien. Ayleen se lève tranquillement. Elle prend un café en se faisant absorber par son canapé. Qu'est-e qu'elle va bien pouvoir faire aujourd'hui ? Evan ! La réponse est évidente ! Elle se bouge d'un coup, enfile un tablier et commence à pâtisser. Autant c'est une femme perfectionniste et rigoureuse quand elle danse, autant quand elle cuisine, c'est une autre histoire. Les saladiers s'empilent dans l'évier, le plan de travail est recouvert de farine et de sucre. Et elle a de la pâte sur la joue. Un joli bordel. Au bout d'un moment, elle lance ses cuissons et file se laver. Elle ressort pile dans le bon timing pour lancer les autres fournées. Elle enfile une vieille robe kaki. Elle a remis la main dessus quelques jours auparavant. Un petit coup de crayon sous les yeux, une paire d'escarpin et la voilà presque prête. Elle dispose dans un plat ses préparation et sort de chez elle.

Récemment la jeune femme a décidé d'emménager dans le même immeuble que son meilleur ami. Pas vraiment la grande classe, mais sa villa est beaucoup trop grande et trop loin. Ce dernier habite au premier en colocation avec Damian son meilleur ami, tandis que la jeune femme est au troisième. Ayleen ferme sa porte à clef et prend l'ascenseur. D'après les dire d'Evan, la dame du rez-de-chaussé crise quand quelqu'un fait du bruit dans les escaliers. Fraîchement arrivée, elle ne voudrait pas semer la zizanie dans l'immeuble.

Elle arrive devant la porte d'Evan, frappe trois coups et entre sans attendre de réponse. ''Salut les gars, j'ai fait des cookies et des madeleines." Elle s'avance dans l'appartement le plat dans les mains et claque un bisou sur la joue d'Evan. "Damian est pas là ?" La sonnette retenti. Elle reste dos à la porte et enlève ses chaussures pour être plus à l'aise. La voix qui débarque dans l'appartement lui envoie un frisson. Aslan ? Elle se retourne, les yeux écarquillés, et échappe le plat en verre sur ses pieds. Aslan.

AVENGEDINCHAINS




I hate you.
Il nous faut apprendre non pas à oublier le passé, mais à le vaincre, en le reléguant pour toujours loin de nous, et en faisant en sorte qu'il ne déborde plus dans notre présent, et encore moins dans notre avenir. ALASKA

Revenir en haut Aller en bas
J'ai actuellement : 651 points et j'ai balancé : 2315

Message(#)Sujet: Re: Putain, c'qu'il est blême, mon HLM ♦ Asleevan    Lun 20 Mar - 4:33

   
Putain, c'qu'il est blême, mon HLM
Evan, Ayleen & Aslan
Evan était en repos aujourd'hui et avait donc décidé de passer la journée...à ne rien faire. Oui, ça lui arrivait ! Damian n'était pas là, il devait donc s'occuper tout seul. Ou du moins, jouer tout seul. Car pour lui, ne rien faire voulait dire jouer à la console. Avec tout le travail qu'il avait eu récemment, il n'avait pas eu l'occasion de toucher à sa manette depuis un moment. Peut-être qu'après, il irait faire un tour chez Ayleen pour voir comment elle allait. Après tout, elle était arrivée récemment dans l'immeuble et il voulait s'assurer qu'elle était bien installée et qu'elle ne manquait de rien. Mais pour l'heure, c'était mission extermination de zombies ! Le tout dans une tenue des plus décontractées. Pantalon de survêt' et débardeur. Il n'y avait rien de mieux pour traîner à la maison. Il était donc en plein dans sa partie lorsqu'il entendit frapper à la porte. Tiens ? Il n'attendait personne, pourtant. Il mit son jeu sur pause et s'extirpa du canapé pour se diriger vers la porte lorsque celle-ci s'ouvrit. Il avait oublié de la verrouiller ? Bon sang, il perdait la boule ou quoi ? Pour un flic, il ne s'était pas montré très prudent, là. Enfin... Normalement, l'immeuble ne craignait pas vraiment. A l'exception d'un certain voisin du dessus. Merde...Il allait bien devoir le dire à Ayleen un jour.

En parlant d'Ayleen, ce fut sur elle que la porte s'ouvrit. Aussitôt, un sourire se dessina sur les lèvres du jeune homme. A croire qu'ils étaient connectés puisqu'il avait pensé à aller la voir après sa partie.

"Quelle bonne surprise ! En plus, tu ramènes des cookies...T'es la meilleure !"

Il en salivait d'avance. Il était un grand gourmand après tout et les cookies d'Ayleen étaient vraiment délicieux.

"Non, Damn est pas là. Il est en cours. Je vais devoir me contrôler pour pas manger tout ça moi-même !"

Il se mit à rire doucement et s'apprêta à dire autre chose lorsque la sonnette retentit. Encore ? Evan fronça légèrement les sourcils, se demandant un instant si Damian était rentré plus tôt et s'il avait oublié ses clés. Mais la porte était ouverte, donc...Quoiqu'il en soit, il alla donc ouvrir avant de se figer. Aslan ?! Merde, qu'est-ce qu'il foutait là ? Il n'avait pas encore eu le temps de préparer sa meilleure amie à ça...Et le voilà qui débarquait comme une fleur. D'ailleurs, le bruit du plat qui tombait au sol lui signifia qu'Ayleen devait avoir eu une grosse frayeur. Merde, merde.

"Qu'est-ce que tu fiches ici ? Casse-toi !"

Il était hors de question de laisser ce type approcher d'Ayleen. Pas après ce qu'il lui avait fait. Certes, ça remontait à plusieurs années, mais Evan n'était pas du genre à pardonner ce genre de choses, surtout après avoir vu dans quel état ce sale type avait mis la jeune femme. S'il le fallait, il en viendrait même aux mains pour le faire sortir. Car maintenant que ce crétin devait avoir vu son ex, il y avait fort à parier qu'il ne s'en irait pas si facilement.

codage par rhum antique de Never-Utopia


@Aslan Caldeira @Ayleen Walsh






Evan Scott
Professional goofball and pizza eater

© Justayne


C'est bon pour toi:
 
Revenir en haut Aller en bas
J'ai actuellement : 333 points et j'ai balancé : 2104

Message(#)Sujet: Re: Putain, c'qu'il est blême, mon HLM ♦ Asleevan    Mer 12 Avr - 22:20

Les doigts se crispant nerveusement sur le bout de papier, Aslan regarda une dernière fois le montant qui y était griffonné. 405 dollars. C'était une grosse somme – peut-être pas pour tout le monde, mais pour lui, ça l'était. Il n'avait pas à se plaindre, il gagnait sa vie – il avait un toit, à manger, des fringues potables. Mais les fins de mois étaient déjà justes, et les deux mois à venir promettaient d'être compliqués – tout ça parce que son crétin de chat préférait boire au robinet que dans sa foutue gamelle. Inspirant lentement, le jeune homme rassemblait son courage. Allez. Il fallait qu'il le fasse. Il était adulte maintenant. Il n'allait pas glisser le chèque sous la porte et partir en courant comme un môme de 8 ans. Il allait sonner, espérer de tomber sur Damian, donner le chèque et disparaître en espérant ne plus les revoir avant le mois prochain. Ouais. Deux minutes, maximum. Ça paraissait faisable. Il posa son doigt sur le bouton de la sonnette et, serrant les dents, finit par appuyer.

Il lui sembla entendre une voix à l'intérieur. Il n'en était pas sûr, mais il avait vraiment entendu un truc. C'était sûrement un « entrez », parce que c'était la suite logique quand quelqu'un se manifestait à la porte, non ? Alors c'est ce qu'il fit - il entra. « J'apporte juste le... » Son cœur rata un battement ; il se figea. Il y avait peut-être Evan et son regard assassin, le plat de pâtisseries qui se répandait au sol, mais tout ce qu'il voyait, lui, c'était elle. « Ayleen.... ? » Il n'arrivait plus à respirer. C'était comme si une lame le transperçait de part en part. Les secondes s'étaient suspendues dans leur vol, tandis que son regard glissait le long de ses traits fins. Sept ans étaient passés, pourtant rien ne semblait avoir changé chez elle. Ses grands yeux bleus qui trahissaient les joies et les orages. Ses jolies fossettes qui creusaient ses joues quand elle riait. Ses longs cheveux dorés qu'elle n'attachait que pour danser ou se concentrer. Il avait l'impression de la connaître encore par cœur – sauf qu'au lieu de lui réchauffer l'âme, sa vision ne fit que réveiller une culpabilité et une peine qui lui tordaient le ventre.
Evan demanda ce qu'il fichait là, lui ordonnant de dégager. « Je fiche que je t'amènes la première partie du paiement pour les réparations du plafond, comme convenu, crétin. » Il agita le chèque à trois centimètres de ses yeux avant de lui poser dans la main ; et puis, sourd à ses protestations, il avança jusqu'à Ayleen. Son regard croisa le sien - il baissa aussitôt les yeux comme si leur contact l'avait brûlé. Et puis, après une seconde d'hésitation, il s'accroupit pour remettre les pâtisseries sur le plat. Il ne savait pas vraiment pourquoi il faisait ça. Tout le monde dans cette pièce n'attendait probablement qu'une chose, qu'il dégage ; mais c'était comme si quelque chose le retenait ici. Il ne voulait pas partir. S'il le faisait, il avait le sentiment qu'il ne la reverrait jamais. Se relevant, il lui tendit le plateau de cookies. « Pardon... » Il ne savait pas vraiment s'il s'excusait plus d'être en partie responsable de la chute des cookies ou de ce qu'il lui avait fait sept ans plus tôt – c'était simplement le seul mot qui lui venait.







I heard this line one time about trying to save the world but have you ever tried to save yourself @endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
J'ai actuellement : 22 points et j'ai balancé : 285

Message(#)Sujet: Re: Putain, c'qu'il est blême, mon HLM ♦ Asleevan    Lun 15 Mai - 22:46


∞ Putain, c'qu'il est blême, mon HLM ∞
La danseuse sourit largement lorsqu'elle voit l’enthousiasme de son meilleur ami concernant ses pâtisseries. Il ajoute que Damian n'est pas là. "Tant pis pour lui" plaisante-t-elle. Ayleen apprécie le colocataire et meilleur ami d'Evan. Elle ne le côtoie pas énormément et ne connait pas tout de lui, mais du peu qu'elle l'ait vu, elle l'adore. C'est comme une boule d'amour et de gentillesse ce mec. C'est vraiment top qu'ils habitent ensemble.

La sonnette retentit et tout bascule. Aslan. A l'intonation de la voix du jeune homme, elle lâche le plat sur le sol. Elle ne se retourne pas. Elle est figée. Elle entend Evan qui hausse la voix lui demandant de partir. Il prononce son prénom. Elle frissonne. Mais pas un frisson agréable, pas non plus désagréable, mais comme un frisson inconnu. Une sensation bizarre la traverse. Elle prend une grand bouffée d'air et se retourne. Plus de doute possible, c'est Lui. Elle le regarde, elle scrute son visage. Elle l'aurait reconnu encore et encore parmi mille personnes. Sa peau mat, son regard noir, sa stature... Il parle de réparations... elle entend à peine. Puis il s'approche. Elle a imaginé cette scène un million de fois. Ce jour où elle le retrouverait. Ce jour où elle le verrai. Ce jour où elle pourra enfin avoir des réponses à toutes ses interrogations. Mais le temps à passé, puis elle a commencé à avancer mais elle n'a jamais oublié. Aujourd'hui. 7 ans après. Pourquoi maintenant ? Elle qui avait espéré cela pendant de nombreux mois. À présent, il n'était plus qu'un souvenir. Du moins, c'est ce qu'elle pensait. Son regard la transperce. Elle ne sait si c'est positif ou négatif. Elle ne sait plus rien. Son corps tout entier ne sait plus ou se mettre. Il s'avance encore, vers elle. Elle voudrait fuir, ne plus être ici. Il est prêt, trop prêt d'elle. Puis à sa grande surprise, il se baisse pour ramasser les cookies. Elle attrape le plateau et le pose à côté d'elle, sur la table. Elle peut sentir son odeur. Puis, il brise le silence. Et il prononce ce mot. Celui qu'elle a attendu tellement de fois. Des images reviennent et filent dans sa tête. Elle les chassent quasi instantanément. Être forte. Durant toutes ses années, il l'a ignoré et laissé. Seule. Elle ne lui donnera pas le plaisir de lui accorder de l'importance. Tout est fouillis. Elle ne sait pas si elle est contente ou pas, elle ne sait pas comment réagir, que dire. Comme seule réponse, elle lui colle une gifle. Franche et sincère. Comme pour sortir sa haine et sa colère. Elle ne veut pas lui accordé ses mots, il ne le mérite pas. Le bruit sourd envahit la pièce. Sa main tremble légèrement. La peu d'Aslan était douce, toujours.

Plantée devant lui, elle ne sait que faire. Elle ne veut pas lui parler. Alors, elle contourne Aslan pour se placer à côté de son meilleur ami. Elle ne sait pas vraiment pourquoi elle fait ça. Probablement pour se protéger, de son ex, de ses pensées, de ses souvenirs. Sa tête finit par recentrer la scène. Elle regarde Evan : "C'est quoi cette histoire de plafond ?" Elle prend quelques secondes pour réfléchir puis se tourne vers Aslan. "Tu..." Mais non, c'est trop... Elle ne peut pas. Elle regarde de nouveau le policier. "Il habite ici ?" Elle sait pertinemment la réponse a cette question. C'est trop. Trop d'un coup. elle qui voulait un havre de paix proche de Damian et Evan, elle se retrouve avec tout son passé dans le même immeuble ? Toutes ses souffrances, son goût d'inachevé, sa naïveté... Elle ne sait plus pourquoi elle est ici, pourquoi Evan l'a laissé venir ? Elle sort de ses gonds. Sa voix se fait plus forte, tremblante. "Bordel Chaton, depuis quand tu le sais ?" Son regard est noir, remplit de colère. Elle se mord la lèvre supérieure et sens son corps qui se crispe. Comment a-t-il pu lui cacher ça ?
AVENGEDINCHAINS


@Evan Scott @Aslan Caldeira

Hors RP:
 




I hate you.
Il nous faut apprendre non pas à oublier le passé, mais à le vaincre, en le reléguant pour toujours loin de nous, et en faisant en sorte qu'il ne déborde plus dans notre présent, et encore moins dans notre avenir. ALASKA

Revenir en haut Aller en bas
J'ai actuellement : 651 points et j'ai balancé : 2315

Message(#)Sujet: Re: Putain, c'qu'il est blême, mon HLM ♦ Asleevan    Dim 28 Mai - 18:34

   
Putain, c'qu'il est blême, mon HLM
Evan, Ayleen & Aslan
C'était un cauchemar...il n'y avait pas d'autres mots pour décrire la situation actuelle. Evan avait eu l'intention de parler d'Aslan à Ayleen, il ne voulait pas qu'elle l'apprenne comme ça. Pourquoi ce crétin avait-il choisi justement ce moment-là pour débarquer chez lui ? Comme s'il ne le faisait pas déjà assez chier en temps normal, là, c'était clairement pire. Il n'osait même pas imaginer ce qui devait passer par la tête de la jeune femme à cet instant. Il se sentait mal car il avait l'impression d'avoir trahi sa meilleure amie dans un sens... Bravo Aslan, tu es venu au moment parfait, vraiment. Bien sûr, il lui mit son chèque dans la main avant de ne plus le calculer du tout, n'ayant soudain d'yeux que pour Ayleen. Il était sérieux, le gars ? Evan venait de lui demander de foutre le camp et il s'en fichait. Le jeune homme n'avait pas du tout envie d'avoir recours à la violence ou même aux menaces... mais s'il devait en arriver là, il n'hésiterait pas. Qu'est-ce qu'il foutait ? Il pensait vraiment qu'un simple "pardon" suffirait après ce qu'il avait fait à Ayleen ? D'ailleurs, cette dernière le gratifia d'une superbe gifle qui, il fallait l'avouer, fit extrêmement plaisir à Evan. Il était loin d'être sadique, mais là, c'était bien mérité.

Puis, elle vint se placer à côté de lui et lui en demanda plus au sujet du plafond. Forcément. Evan émit un petit soupir. "Cet idiot à inondé sa salle de bain et a causé un dégât des eaux chez nous." Certes, d'après ses dires, c'était son chat, mais Evan était quasiment sûr qu'Aslan mentait et qu'il l'avait fait exprès. C'était trop facile de rejeter la faute sur le chat qui ne savait pas se défendre. Et finalement, elle posa la question que le jeune homme avait attendue depuis le début. Il se crispa, sentant une vague de culpabilité l'envahir. Mais il était hors de question d'essayer de se défiler. "Il habite juste au-dessus...d'où le dégât des eaux..." Il marqua un temps d'arrêt et foudroya Aslan du regard. "Je suis vraiment désolé...Je comptais t'en parler aujourd'hui, mais ce crétin a très bien choisi son moment..." C'était évidemment ironique. Bon sang. Il aurait dû le dire à Ayleen tout de suite. Pourquoi avait-il attendu ? "J'aurais dû te le lire tout de suite, je sais...Pardon, Ayleen.." Merde et merde. Il ne voulait pas s'engueuler avec sa meilleure amie à cause de cet idiot. Idiot qui semblait prendre racine dans son appartement, d'ailleurs.

"Je t'ai pas demandé de dégager ? La gifle t'a pas suffi ? T'en veux encore ?" Là, c'était clairement une menace et au fond, Evan se détestait pour ça. Car de base, il n'était pas quelqu'un de violent ni de méchant. Toutefois, il ne fallait pas le pousser à bout non plus. Et puis, il voulait s'expliquer avec Ayleen entre quatre yeux.

codage par rhum antique de Never-Utopia


@Aslan Caldeira @Ayleen Walsh






Evan Scott
Professional goofball and pizza eater

© Justayne


C'est bon pour toi:
 
Revenir en haut Aller en bas
J'ai actuellement : 333 points et j'ai balancé : 2104

Message(#)Sujet: Re: Putain, c'qu'il est blême, mon HLM ♦ Asleevan    Lun 5 Juin - 23:15

Ses doigts tremblants se posèrent sur sa joue. Physiquement, il n'avait pas eu mal – ou plutôt, si, mais ce n'était pas le problème - il avait encaissé bien pire au cours de sa vie. Pourtant, c'était douloureux. La signification de ce geste avait quelque chose de terrible. Elle lui en voulait toujours. Elle lui en voulait à ce point.
Silencieusement, ses yeux s'accrochèrent aux siens, interrogatifs, tandis qu'il restait immobile. Peut-être qu'au fond il attendait qu'un deuxième coup parte. Peut-être qu'au fond cela leur aurait fait du bien, à tous les deux, d'être enfin quittes. Il aurait été prêt à servir de punching-ball humain si cela avait suffit à tuer enfin ce sentiment de culpabilité qui l'étranglait depuis toutes ces années, et elle, à dépasser sa colère. Oui – il aurait été prêt à payer très cher pour les libérer de tout cela.
Malheureusement, aucun autre coup ne parti. Au lieu de cela, la jeune femme se déroba, rejoignant Evan à quelques mètres de là.
Leurs explications confuses le perdirent un instant. Il ne comprenait pas pourquoi elle vivait la révélation aussi mal ; après tout, si passer du temps dans le même immeuble que lui était aussi insoutenable, elle pouvait toujours aller voir Evan ailleurs, non ? Mais la réalité le frappa soudainement. « Attends, c'est toi qui viens d'emménager au-dessus ? » Sa carrière de danse avait formidablement décollé, elle devait pourtant pouvoir se permettre de vivre dans un quartier moins pourri que celui-ci ; alors, pourquoi ? Cela n'avait aucun sens. Rien ici n'avait le moindre sens.
Evan se répandait lamentablement en excuses – et il avait de quoi. Même Aslan lui en voulait, d'avoir omis de donner une telle information à la jeune femme. Savoir qu'elle lui en voulait encore était une chose ; savoir qu'elle ne se sentirait peut-être pas en sécurité chez elle à cause de ça était une autre. Cette situation était merdique sur tellement d'aspects ; pour tout le monde.
Evan se tourna vers lui, lui crachant toute sa haine au visage. Aslan serra les dents. Il y avait tant de choses qu'il aurait aimé lui répondre, tant de choses qu'il aurait aimé faire pour lui faire ravaler son putain d'air méprisant. Mais il ne pouvait pas. Pas devant Ayleen. S'il avait changé, il fallait qu'il le montre – tant pis si c'était humiliant. Prenant une longue inspiration, il se dirigea vers la porte. « Je pense que t'as rien contre le fait que je mette plutôt le chèque dans ta boîte aux lettres le mois prochain, hein ? » L'ironie dans sa voix crevait les yeux. Il ouvrit la bouche pour adresser un dernier mot à Ayleen, mais rien ne voulu sortir. Il leur jeta alors un dernier regard, feignant l'indifférence ; mais en réalité, quitter cette pièce lui fendait le cœur.

@Ayleen Walsh @Evan Scott






I heard this line one time about trying to save the world but have you ever tried to save yourself @endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
J'ai actuellement : 22 points et j'ai balancé : 285

Message(#)Sujet: Re: Putain, c'qu'il est blême, mon HLM ♦ Asleevan    Ven 9 Juin - 18:26


∞ Putain, c'qu'il est blême, mon HLM ∞
Ayleen essaie de se calmer, de ne pas montrer à quel point elle est troublée. Elle écoute attentivement les mots d'Evan. Il habite au dessus - dégât des eaux - ok. Elle enregistre les informations au fur et à mesure en se concentrant tant bien que mal. La voix d'Aslan se fait entendre d'un coup. Cette fois il lui pose une question. Il percute à son tour. Oui elle a emménagé au dessus. Elle ne veut pas lui parler. Elle ne veut pas risquer de lancer une conversation, ne sachant pas exactement comment sa tête peut envoyer les mots. Hors de question de ne pas peser chacun d'entre eux. Pour ne pas prendre de risque, elle aurait préféré ne pas répondre. Mais elle doit à tout prix éviter qu'il dévoile cette information à qui que ce soit. Résignée, elle lâche froidement. ''Oui. Mais si on te demande tu diras que tu sais pas.'' Elle regarde derrière le jeune homme. Elle ne souhaite pas lui parler en le regardant dans les yeux. Elle n'est pas préparée pour ça.

Puis, Evan s'excuse. En fait c'est comme une bonne dose de Xanax. Ça la pose directement. Elle lui caresse le bras pour dire qu'elle comprend et qu'elle m'excuse mais se sent incapable de sortir un mot. Son meilleur amie se recentre sur son ex, lui faisant comprendre de partir. Ses mots sont sévères mais justifiés. Elle fait une pression sur son bras, comme pour lui signifier de rester calme. Pas de violence, par pitié... À sa grande surprise, Aslan ne répond pas sur le même ton à Evan. Il s'approche de la porte pour partir.

Ayleen est confuse. Elle rêve qu'il parte et ne plus jamais le revoir. Et pourtant... Ça lui fait mal, juste là, dans son ventre. Il va partir, encore. C'est comme-ci aujourd'hui elle avait un peu ce choix de lui dire les choses, de le retenir ou non. Elle le regarde se retourner vers la porte. Un réflexe de merde la fait faire un pas en avant mais elle ne sait quoi dire. Tiraillée à l'intérieur d'elle même, son corps se pétrifie et le laisse s'en aller.

Une fois la porte refermée, elle se blottit dans les bras d'Evan. Elle le serre dans ses bras. Juste pour sentir qu'il est là, qu'il la protège. Toujours. Sans prévenir, elle s'écarte et file en direction des toilettes. La nausée arrive. Elle rend son précédent repas à l'intérieur de la cuvette. Le contrecoup.
AVENGEDINCHAINS


@Evan Scott @Aslan Caldeira




I hate you.
Il nous faut apprendre non pas à oublier le passé, mais à le vaincre, en le reléguant pour toujours loin de nous, et en faisant en sorte qu'il ne déborde plus dans notre présent, et encore moins dans notre avenir. ALASKA

Revenir en haut Aller en bas
J'ai actuellement : 651 points et j'ai balancé : 2315

Message(#)Sujet: Re: Putain, c'qu'il est blême, mon HLM ♦ Asleevan    Sam 10 Juin - 16:51

   
Putain, c'qu'il est blême, mon HLM
Evan, Ayleen & Aslan
A ce stade, la situation finirait par dégénérer et Evan n'avait vraiment pas envie d'en venir aux mains pour mettre Aslan dehors. Il avait fait assez de dégâts pour aujourd'hui et surtout auprès d'Ayleen. Il était donc temps qu'il s'en aille. Fort heureusement, il semblait l'avoir compris tout seul, puisqu'il se dirigea vers la porte. Tiens ? Aucune protestation ? Rien ? En même temps, c'était tant mieux. Evan était fatigué de tout ça et il voulait juste se retrouver avec sa meilleure amie pour la rassurer, la consoler car elle n'avait vraiment pas l'air bien à cet instant. "En effet, je crois que c'est une bonne idée." Il faisait évidemment référence au chèque. Il n'avait vraiment pas envie de revoir ce crétin de si tôt, même s'ils allaient sûrement se croiser régulièrement. C'était inévitable quand on vivait dans le même immeuble. Mais il voulait que que ça s'arrête là.

Une fois Aslan parti, Ayleen se blottit dans les bras d'Evan. Il la serra doucement contre lui, en silence. Il voulait juste lui montrer qu'il était là pour elle, qu'il la protégeait et qu'il le ferait toujours. Il n'y avait pas besoin de mots pour ça. Il la garda contre lui un moment jusqu'à ce qu'elle se dégage de son étreinte pour se précipiter aux toilettes. Le jeune homme grimaça. Il ne s'était sans doute pas rendu compte du véritable effet de la visite d'Aslan sur sa meilleure amie. Il attendit un instant, le temps qu'elle finisse, puis il s'approcha de la porte. "Ça va aller ?" Il s'en voulait tellement d'avoir mis la jeune femme dans une telle situation. S'il lui avait parlé d'Aslan plus tôt, la surprise aurait été moindre et ce serait peut-être mieux passé...peut-être. Mais ce qui était fait, était fait. Il se dirigea ensuite vers la cuisine et remplit un verre d'eau avant de le tendre à Ayleen. "Tiens..." Il déposa un petit bisou sur sa joue en même temps. "Je suis là si tu as besoin d'en parler..."

codage par rhum antique de Never-Utopia


@Aslan Caldeira @Ayleen Walsh






Evan Scott
Professional goofball and pizza eater

© Justayne


C'est bon pour toi:
 
Revenir en haut Aller en bas
 
Putain, c'qu'il est blême, mon HLM ♦ Asleevan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Los Angeles Times :: Los Angeles :: Downtown Los Angeles :: Résidences-
Sauter vers: