CalendrierFAQAccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Aslan | Quand tes angoisses te rattrapent

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Allen
J'ai actuellement : 947 points et j'ai balancé : 645

Message(#) Sujet: Aslan | Quand tes angoisses te rattrapent Sam 1 Juil - 23:48

Aslan ❝ I'm worried, affraid, sad and lost... Just wanna go home and feel safe but this feeling left me a long time ago...❞Quand tes angoisses te rattrapentYuina était encore à l'hôpital. Depuis quelques semaines, elle faisait sans rechigner; pas qu'elle le fasse habituellement mais son niveau de zèle avait atteint des propensions... énormes; des heures supplémentaires. Elle avait un peu peur de rentrer chez elle. Elle avait de plus en plus l'impression d'être suivi et cela la gênait et l'angoissait, elle sortait donc tard de l'hôpital profitant de l'heure du changement d'équipe pour sortir au milieu des autres personnes de l'hôpital. Elle jeta un coup d'oeil à l'horloge au dessus du minuscule bureau et soupira. Elle avait encore bien travailler, elle attrapa une pile de papier qu'elle mit dans leur chemise respective avant de ranger les derniers dossiers qu'elle venait de lire et d'éteindre l'ordi qu'on lui avait prêter pour mettre à jour le dossier des personnes venant aux réunions du NA. Elle avait écrit son rapport et envoyer à son tuteur puis glisser dans le dossier ainsi qu'un résumé des activités et du déroulement de la réunion. Elle joignit se résumer à un second mail  qu'elle envoya à Aslan Caldeira. Il travaillait souvent avec elle ses derniers temps bien plus souvent que son tuteur à elle mais... elle préférait. Elle aimait beaucoup travailler avec Aslan. Il avait un parcourt assez impressionnant, elle était à chaque fois remuer lorsqu'il racontait ces propres expériences, qu'il expliquait comment il avait réussit à vaincre ses démons, tout ça grâce à l'aide d'une femme : Harmonie. Elle espérait un jour avoir la chance de rencontrer cette femme mais elle ne l'avait jamais croisé et n'oserait jamais demander ce qu'elle devait à Aslan ou à une autre personne avec qui elle avait l'habitude, elle espérait juste pouvoir un jour avoir la chance de travailler avec elle lors d'une des sessions. Elle repassa dans la salle où ils avaient effectué la réunion dans l'optique de ranger les chaises et éteindre les lumières mais fut surprise de voir Aslan assis sur une des chaise l'air profondément abattu. Elle fronça les sourcils, l'inquiétude la tenaillant, elle avait bien vu depuis quelques temps que son accompagnateur n'était pas au mieux de sa forme et venait souvent la superviser durant les réunions, remplaçant même son tuteur qui lui avait déserté les réunions depuis longtemps détestant le faire, il laissait toujours Yui s'en occuper seule, jusqu'à ce que le bel infirmier vienne l'épauler. Elle s'approcha doucement
- Aslan-sama ? l'appela-t-elle comme elle le faisait, au début elle utilisait son nom de famille par respect, mais le jeune homme lui avait demander de l'appeler par son prénom, elle avait eu beaucoup de mal et avait trouver la parade en ajoutant "sama", suffixe qui montrait le respect et en même temps qu'il était son supérieur. Vous allez bien ? ajouta-t-elle en s'accroupissant à sa hauteur, rabaissant sa jupe plisser autour de ses jambes et les entourant de ses bras en penchant la tête pour le regarder. Est-ce qu'il pleurait ? Elle s'inquiéta plus vivement, que c'était-il passé ? Avait-il eu des difficultés sur des opérations ? Perdu un patient ?
© 2981 12289 0
@Aslan Caldeira



Ghost appear and fade away



Yuina discute en #6633cc
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
L'Admin Bogosse
J'ai actuellement : 395 points et j'ai balancé : 3138

Message(#) Sujet: Re: Aslan | Quand tes angoisses te rattrapent Dim 17 Sep - 21:40

Le pacson tournait nerveusement entre ses doigts, son regard brouillé restant désespérément accroché aux chaises vides qui lui faisaient face.
Il était assit là depuis au moins une demi-heure, et il ne trouvait pas le courage de se lever. S'il le faisait, il devrait jeter les gobelets, passer un coup d'éponge, puis se résoudre à rentrer chez lui. Et c'était bien ça qui lui posait problème : il ne voulait pas rentrer chez lui. Il ne voulait pas refermer la porte de son appartement et se retrouver seul avec le fantôme d'Harmonie.
Elle était là, tout le temps. Elle était là, et lui n'en dormait plus la nuit. Le vide qu'elle avait laissé derrière elle s'était transformé en une présence, sombre et toxique – tout l'inverse de ce que sa marraine avait représenté de son vivant. Tout l'inverse de la lumière qu'elle avait prodigué le jour où elle était entrée dans sa vie.
Pour ne pas améliorer les choses, la réunion avait été difficile. Deux tiers des participants avaient dû rendre leurs badges pour avoir replongé dans la semaine qui les avait séparé de la dernière réunion, et les autres enchaînaient tout simplement les situations merdiques. Comme si le karma ne voulait plus les lâcher, malgré leurs tentatives de repentance. Aslan avait fait de son mieux pour rester positif et encourageant, devant eux. Il avait répété « ça va aller » tellement de fois que ça deviendrait probablement son épitaphe – mais au fond de lui, les mots qu'il n'avait pas laissé sortir l'avaient rongés. Ceux qui disaient que ça ne valait pas le coup. Ceux qui disaient que la vie reviendrait les mettre à genoux même s'ils s'en sortaient cette fois-là. Qu'au fond, qu'est-ce qu'on s'emmerde, la finalité est la même. Ça n'aurait pas dû être une surprise pour l'infirmier ; le malheur, il le voyait défiler chaque jour devant lui. Il aurait dû savoir qu'un soir il reviendrait lui tomber sur le coin de la gueule. Il aurait dû savoir qu'il reviendrait lui arracher une personne en qui il tenait. Mais Harmonie, sérieusement ?

Une voix le tira soudainement de ses pensées. Il s'essuya précipitamment les yeux. Il n'avait même pas réalisé que Yuina était encore là – elle aurait dû être rentrée depuis, quoi, une heure – deux, peut-être ? « Yuina ? Oui, ça peut aller. » Ça peut aller. La façon pudique de dire que ça pourrait aller mais que ce n'est pas le cas. Il se leva, gêné d'avoir été surpris dans un moment de faiblesse. Ce n'était pas une image qu'il voulait qu'on ai de lui – encore moins dans la mesure où il était plus ou moins son supérieur.
Il agita sous ses yeux le pacson qu'il avait dans la main, changeant de sujet. « Faut que je balance ce truc, Dan l'a acheté mais ne l'a pas ouvert, je sais pas si je suis fier ou énervé. » Il le jeta aussitôt dans la poubelle. La plupart des gens les vidaient dans les toilettes, pour être sûr qu'ils ne soient jamais récupérés, mais Aslan ne le faisait pas pour deux raisons : c'était empoisonner l'eau – à petite dose, certes, mais même -, et quelqu'un capable d'éventrer toutes les poubelles de l'hôpital dans l'espoir de trouver des restes des narcotiques anonymes était capable de bien pire – alors, autant lui laisser ça.
Aslan commença à ramasser les gobelets usagers, puis, son regard glissant sur la pendule du mur – qui cachait toujours le trou qu'il avait fait 8 ans plus tôt -, s'adressa à nouveau à la jeune femme. « Comment ça se fait que tu sois encore là si tard ? Je doute que l'hôpital paye des heures sup' à ses stagiaires, tu sais... déjà qu'il le fait pas à ses employés » Un sourire amer vint alors cacher au mieux son chagrin.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Allen
J'ai actuellement : 947 points et j'ai balancé : 645

Message(#) Sujet: Re: Aslan | Quand tes angoisses te rattrapent Dim 17 Sep - 23:33

Aslan ❝ I'm worried, affraid, sad and lost... Just wanna go home and feel safe but this feeling left me a long time ago...❞Quand tes angoisses te rattrapentLa jeune japonaise de crut pas un seul instant à la réponse d'Aslan. Elle pinça les lèvres, il essayait vraiment de mentir à une psycho-criminologue en devenir ? Alors même qu'elle était celle qui arrivait à voir ce que les autres ne voyaient pas, il l'avait complimenter sur cette capacité deux jours plutôt, impossible qu'il l'ait oublier.
- Aslan-sama... Vous souhaitez en parler ? dit-elle avant de le voir se lever et jeter le pacson. Vous ne le brûler pas ? demanda-t-elle un peu surprise, c'est ce que son tuteur référent faisait. Elle doutait que cela soit la chose à faire ou même qu'il le faisait réellement mais elle n'avait pas de doutes à émettre sur son tueur mais si elle en avait. Elle se releva, lissant sa jupe sage avant de l'aider à finir de ranger. Elle ne souhaitait pas rentrée de suite, surtout qu'elle avait le sentiment qu'Ace avait besoin de parler même si elle doutait qu'il se confierait à elle. Elle était beaucoup plus jeune qu'elle et il était son supérieur pour le moment.
- Je finissais de faire mon rapport, classer et ranger quelques dossiers... Et... je ne suis pas payé à la base vous savez... dit-elle avec un sourire contrit essayant de masquer la lueur d'angoisse qui devait surement briller dans ses yeux. Elle rentrait toujours tard, et chaque fois plus tard, se disant qu'ainsi elle éviterait surement cette sensation de surveillance qui l'envahissait. Elle espérait presque que le jeune homme ne l'ait pas remarqué mais elle en doutait, il était presque aussi observateur qu'elle, ce qu'elle trouvait logique du fait qu'il soit infirmier. Elle traînait et cela se voyait, elle repassait deux fois, tripotait la sangle de sa sacoche. Elle dit d'une voix douce,
- Il y a quelque chose qui vous... elle s'arrêta cherchant le terme en anglais, malgré les années elle avait du mal parfois à ne pas mélanger sa langue natal et sa langue d'adoption, rends triste depuis quelques temps... Je l'ai remarqué, mais si vous ne voulez pas en parler je le comprendrais, mais il ne faut pas garder tout cela pour vous... C'est mauvais, il faut extérioriser. Elle se tut soudain rougissant en se rendant compte qu'elle donnait des conseils à son supérieur. C'était inapproprié mais... Elle ne pouvait pas s'en empêcher et se concentrer sur Aslan et les signaux qu'elle voyait chez lui, lui permettait d'oublier ses propres problèmes et angoisses. Elle pinça ses lèvres, serrant un peu plus la sangle de son sac, honteuse, Pardon... Je... C'était inapproprié. Elle baissa la tête un peu mal à l'aise. A-Allez-y si vous le souhaitez, je vais finir de ranger, dit-elle.
© 2981 12289 0
@Aslan Caldeira



Ghost appear and fade away



Yuina discute en #6633cc
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
L'Admin Bogosse
J'ai actuellement : 395 points et j'ai balancé : 3138

Message(#) Sujet: Re: Aslan | Quand tes angoisses te rattrapent Sam 23 Sep - 23:12

Il aurait pu s'en douter : la jeune femme ne fut pas dupe. Mais comme il l'avait espéré, il avait réussi à changer de sujet aussitôt. La conversation prit cependant un tournant qu'il n'avait pas anticipé. « Le brûler ? » Il haussa les sourcils, et ses lèvres esquissèrent un demi-sourire. « De la beuh je dis pas... mais tu veux carrément inhaler des fumées de coke ? » La question l'aurait vraiment beaucoup fait rire, s'il avait été dans son état normal ; mais il n'avait ni l'envie ni la force de jouer la comédie.
Et puis, soudainement, il fronça les sourcils, comme si une pensée désagréable venait de le frapper. « Est-ce que quelqu'un de l'équipe t'as dit qu'il brûlait la drogue qu'on récupérait ? » Et par 'quelqu'un', il voulait parler du tuteur de la jeune femme. Il se rappelait la rapidité avec lequel celui-ci s'était sevré. Il ne s'était même pas plaint une seule fois de symptômes de manque, semblant vivre ce changement aussi bien que quelqu'un qui se découvre une allergie à un aliment qu'il n'aime pas du tout. Sur le moment, Aslan s'était dit que ce type était simplement plus fort qu'il ne l'avait été ; mais là, tout de suite, Yuina venait de lui mettre  doute.

L'infirmier croisa les bras, s'appuyant sur la table derrière lui. Elle n'était donc même pas payée. Cela ne l'étonnait pas, maintenant qu'elle le disait- mais elle avait fournit une telle quantité et une telle qualité de travail depuis qu'elle était arrivée dans le service, que l'idée qu'elle ne soit pas rémunéré pour cela ne l'avait pas effleuré une seconde. « Raison de plus pour ne pas rester faire des heures sup'... En plus on va finir par être perdus, si tous les dossiers deviennent à jour et complets. On n'a pas l'habitude, faut pas nous perturber... » Il eut un rictus, qui s'effaça doucement à mesure qu'il la regardait. Quelque chose n'allait pas pour elle non plus, il le voyait bien. Mais c'était peut-être simplement que le voir à deux doigts de pleurer l'avait mise mal à l'aise, et qu'en tant que stagiaire psychologue, elle se sentait obligée de rester avec lui.  
Et sa théorie sembla se confirmer quand, d'une voix douce, elle suggéra à demi-mot qu'il pouvait lui parler de ses problèmes. Il avait pourtant fait de son mieux pour ne pas laisser la mort de sa marraine affecter son travail, mais cela ne l'avait pas empêchée de déceler le problème. Et c'était évident qu'elle allait le faire un jour ou l'autre, au fond – Yuina avait des qualités d'observation rares.
Mal à l'aise, Aslan attrapa un gobelet propre et le remplit de jus de fruit. Il n'avait pas réellement soif, il essayait simplement de gagner du temps. Il n'était pas sûr d'avoir envie d'en parler avec elle. Pas qu'il n'aie pas confiance en elle, loin de là. Il savait simplement qu'une fois qu'on montrait ses blessures à quelqu'un, on ne pouvait plus revenir en arrière. Il préférait réserver ça à ses amis – mais pouvait-il qualifier la jeune femme ainsi ?
Le temps qu'il réfléchisse, elle s'était déjà répandue en excuses. Fixant le fond de son verre, il la coupa : « Yuina, je... J'ai perdu quelqu'un qui m'étais très cher, récemment... C'est arrivé brusquement, et j'ai un peu de mal à m'y faire. » Il releva les yeux, se mordant la lèvre et se forçant à respirer pour s'empêcher de se laisser aller. « Mais c'est la vie, hein ? C'est comme ça. Je m'en remettrais. » Il n'était pas certain de ce point, mais ça ne coûtait rien de le dire. Il n'était plus le jeune homme fragile et en proie à ses démons qu'Harmonie avait ramassé à la petite cuillère – alors en théorie, oui, il pouvait supporter une telle épreuve. Seulement, il n'avait aucun piller auquel se raccrocher. Lawrence était allé joué les sauveurs de l'humanité à l'autre bout du monde, il avait perdu l'amitié d'Ulysse, Lucy avait rencontré quelqu'un... Ouais ; Aslan avait probablement raté quelques bases importantes, dans la façon de se faire des amis, parce qu'à l'évidence ce n'était pas vraiment son fort. Ça ne lui avait pourtant jamais trop manqué – jusqu'à la mort d'Harmonie. « Mais tu sais, ce n'est pas à cause des études que tu as choisis que tu dois te sentir obligée de sauver le monde entier, tu vois ce que je veux dire ? Tu as le droit de te reposer et de penser à toi aussi. » Un léger sourire glissa sur ses lèvres, avant qu'il ne conclue, attrapant ses clés de voiture. « … surtout à cette heure là. Tu rentres comment ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Allen
J'ai actuellement : 947 points et j'ai balancé : 645

Message(#) Sujet: Re: Aslan | Quand tes angoisses te rattrapent Dim 24 Sep - 13:10

Aslan ❝ I'm worried, affraid, sad and lost... Just wanna go home and feel safe but this feeling left me a long time ago...❞Quand tes angoisses te rattrapentYuina eut ainsi la confirmation que les pacsons ne se brûlait pas. Ce n'était pas totalement innocent non plus de sa part d'avoir ainsi poser la question. Elle serra sa sangle. Elle allait devoir confronter son tueur ou pas. Elle vit et sut qu'Aslan avait compris.
- Oui... Monsieur Sanchez..., dit-elle en faisant référence à son tuteur. Tant pis si elle lui apportait des ennuis, pour ce qu'il était présent et lui apprenait...
Elle soupira, elle avait des doutes depuis longtemps mais pouvait-elle les confiés à Aslan ? Elle ne savait pas vraiment à qui elle pouvait en parler ou non. Elle se mordilla la lèvre avant de dire à mi-voix, je doute même qu'il les "détruise"...
Elle rit à demi lorsqu'il lui dit qu'ils allaient être perdus avec tout les fichiers à jour.
- Vous allez gagnez du temps pour les prochaines fois, c'est bien pour ça qu'on m'a prise aussi, faire la paperasse, dit-elle avec un léger sourire amusée.

Et puis elle changea de conversation, parce qu'elle avait bien vu qu'il y avait quelque chose qui n'allait pas chez Aslan, et même si cela n'interférait pas avec son travail, elle voyait bien que quelque chose le rendait triste. Et elle lui dit d'en parler,  pas forcément en pensant à elle, mais qu'il se confie à quelqu'un de confiance, même si elle considérait l'infirmier  comme un ami avant un collège et avait beaucoup d'estime pour lui, elle serait honorer qu'il se confie à elle, mais elle doutait qu'il le fasse il ne devait la voir que comme une collègue et puis, il n'avait pas vraiment le même âge. Elle était certes mature et en avance pour son âge, elle n'en reste pas moins une enfant à côté d'Aslan. Elle commença à s'excuser mais Aslan la coupa. Il avait perdu quelqu'un. Quelqu'un de proche. Une pensée affreuse traversa la tête de la jeune japonaise, et elle espéra de tout cœur que cela ne soit pas ça.  
- Gōmen nasaï... murmure-t-elle, vous... vous devriez vous reposer, pendre du temps pour vous et en parlez, pas forcément à moi, dit-elle un peu précipitamment, mais à quelqu'un en qui vous avez confiance... Je sais que cela peut être compliqué de se confier... mais..., elle s'arrêta ne sachant pas vraiment comment exprimer le fond de sa pensée sans vraiment paraître idiote. Elle serait là s'il en avait besoin, elle l'écouterait et l'aiderait du mieux qu'elle pouvait s'il voulait de son aide. Elle était une oreille attentive.
Elle aurait espérer être un peu plus qu'une simple collègue aux yeux d'Aslan mais cela ne dépasserait sûrement pas les limites du travail, dommage.
Elle rougit, en l'entendant parler de ses études.
- Je ne cherche pas à sauver tout le monde... Je remarque juste les choses... bredouille-t-elle avant de se raidir. Il avait vu. La jeune femme avala sa salive, ne cherchant même plus à finir sa phrase. Elle serra un peu plus la sangle de sa sacoche. Elle sentait l'angoisse la tenailler et en perdit un peu ses moyens. Elle ne parlait jamais d'elle, ne mêlait jamais ses proches à ses problèmes, elle avait déjà parler de ça à Thomas et s'en voulait un peu mais, elle ne pouvait pas, ne pas lui dire. Pas après ce qu'ils avaient vécus et tout ce qu'il faisait pour elle. Mais cela ne l'empêchait pas de culpabiliser et de s'en vouloir. Elle savait que ce qu'elle faisait était mal, mais elle était tout bonne incapable d'appliquer les conseils qu'elle donnait aux autres sur elle-même, du moins, tant qu'on ne la poussait pas dans ses retranchements.
- En b-bus, ou à pied s'il n'y en a plus... bafouille-t-elle son accent japonais ressortant sous le coup de la légère angoisse qui commençait à se lire dans son regard. Elle ne voulait pas sortir. Elle était en sécurité ici. Ce n'était pas encore l'heure du changement d'équipe ! Il allait la forcer à rentrer chez elle, mais... elle inspira lentement essayant de se calmer son visage ne laissant presque rien voir du trouble intérieur qui la rongeait. Elle avait peur oui. Peur de tomber sur Joachim. De découvrir qu'elle n'était pas complètement paranoïaque, peur parce qu'elle se savait incapable de se défendre face à lui. Alors qu'elle savait. Elle savait se défendre, se battre, elle avait déjà maîtriser certains patients en pleine crise de manque ! Qui aurait cru qu'une brindille comme elle arriverait à faire une clé de bras ou s'esquiver aussi rapidement pour éviter les coups lorsque les mots ne suffisait plus à calmer le patient...mais avec Joachim... Elle perdait tout ses moyens. Elle pinça les lèvres, incertaine de ce qu'elle devait faire. Elle rangea les dernières chaises pour se donner contenance.
©️ 2981 12289 0
@Aslan Caldeira



Ghost appear and fade away



Yuina discute en #6633cc
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
L'Admin Bogosse
J'ai actuellement : 395 points et j'ai balancé : 3138

Message(#) Sujet: Re: Aslan | Quand tes angoisses te rattrapent Mar 24 Oct - 23:15

Il croisa les bras, serrant les dents. Oh Sanchez, petit fils de pute.
Les drogués étaient des menteurs, Aslan était bien placé pour le savoir : il avait probablement été le pire de tous. Seulement, il y avait une très nette différence entre mentir à ses proches pour ne pas les inquiéter et parrainer ceux qui essayent de s’en sortir sans avoir soi-même décroché, abusant de leur confiance et volant ce qu’ils avaient acheté sur un moment de faiblesse…
Oui, il fallait qu’Aslan règle ça rapidement. Il resta silencieux, pourtant, ne répondant pas aux soupçons de la jeune étudiante. Il était inutile de la mêler à ce genre d’histoires ; pas plus qu'elle ne l'était déjà. Toute la confiance qu'il avait eu en son collègue venait de s'évanouir en quelques mots, et soudainement, il doutait de tous les aspects de sa personnalité. Pas question de mettre Yuina en danger pour une histoire qu'elle n'avait pas à gérer. Et puis, c'était agaçant. Quelle image ridicule cela lui laisserait de l'association ?

Ses doigts se crispèrent sur le gobelet qu’il tenait. Ses propres révélations le rendaient nerveux. Il ne se confiait pas souvent, et il regretta de l’avoir fait dès que ses mots avaient échappé à ses lèvres. Est-ce qu’il n’avait pas fait une connerie ? Elle était stagiaire ici ; il était donc, d’une certaine façon, son supérieur hiérarchique. Ne venait-il pas de briser une distance qu’ils auraient dû garder ? Est-ce que ce n’était pas un genre de faute professionnelle ?  
Il acquiesça silencieusement, baissant les yeux. Elle avait raison, évidemment. Il avait besoin de temps pour faire son deuil, mais aussi d’en parler. Mais tout cela demandait d’y penser vraiment ; de prendre la douleur à bras le corps. C’était bien plus facile de noyer la peine dans le travail et d’essayer de guérir les souffrances des autres. Bien plus facile aussi de changer de sujet et de parler d’elle.
Et elle n’avait pas l’air d’aller bien. Il la vit se tendre, s’accrocher à sa bandoulière comme si une pensée la terrifiait. Etait-ce à cause de ce qu’il avait dit, sur le fait de chercher sans cesse à sauver le monde, ou parce qu’elle savait déjà ce qu’il allait proposer et que cette perspective la flippait ?
Il souleva la main qui tenait sa clé de voiture, hésitant. « Je… te ramène ? » Il avait proposé quand même, bien conscient que c’était pourtant peut-être la source même de sa nervosité. Beaucoup de jeunes femmes auraient hésité à monter dans la voiture d’un collègue qu’elles ne connaîtraient qu’à peine. C’était peut-être un peu vexant, mais il suffisait de lire quelques statistiques pour savoir que c’était surtout plein de bon sens. Cela ne l’empêchait pas de proposer, cela dit – il ne lui mettait pas le couteau sous la gorge. Qu’elle le sache ou pas, c’était plus sûr pour elle que le bus ou la marche à pied… Et puis, pour être honnête, il n’était pas pressé de se retrouver seul avec ses pensées. « Tu habites où ? », demanda-t-il, priant intérieurement pour que ce soit le plus loin possible de chez lui. Oui ; vraiment pas pressé de se retrouver seul avec ses pensées.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Allen
J'ai actuellement : 947 points et j'ai balancé : 645

Message(#) Sujet: Re: Aslan | Quand tes angoisses te rattrapent Dim 5 Nov - 13:12

Aslan ❝ I'm worried, affraid, sad and lost... Just wanna go home and feel safe but this feeling left me a long time ago...❞Quand tes angoisses te rattrapentLa petite japonaise vit la réaction d'Aslan et eut l'intime conviction que oui, son tuteur n'était pas aussi clean qu'il essayait de le faire croire. C'était triste que son tuteur mente, il n'allait aider personnes à faire cela.
La jeune femme était tendue, elle qui pensait que cela passerait inaperçue avait plutôt raté son coup puisque qu'Aslan semblait l'avoir remarquer elle avala sa salive
- Je ne veux pas vous ennuyer... je n'habites pas tout près non plus... murmura-t-elle, j'habite du côté de Loz Feliz... dit-elle en se dandinant légèrement. Elle n'était pas contre le fait qu'il la ramène, elle n'aimait pas particulièrement traverser quasiment toute la moitié de la ville mais elle aimait encore moins déranger les autres.
Elle regarda l'heure avant d'avoir d'une voix hésitante,
- Mais... si cela ne vous fait pas faire un gros détour... je veux bien que vous me posiez au plus proche...
Après être tombé plus ou moins d'accord, Yuina l'aida à finir de ranger avant de lui emboîter le pas, le suivant silencieuse. Lorsqu'ils sortirent du bâtiment pour rejoindre le parking un peu plus loin, la jeune femme se tendit un peu plus sur le qui vive, sursautant presque au moindre bruit un peu suspect ce qui était inhabituelle chez elle qui était plus connue pour son sang-froid.
Elle se figea soudain alors qu'elle regardait par dessus son épaule. Il était là. Elle était sûr que c'était lui. Joachim. Elle avala sa salive, serrant sa sacoche, incapable de bouger alors même que son esprit lui ordonnait de reprendre sa route, qu'elle allait inquiété Aslan. Mais elle était figée,
paralysée par cette peur incontrôlable que Joachim l'aborde, la menace,
ou elle ne savait quoi. Elle avait honte d'être ainsi, elle savait se défendre l'avait montrer à plus d'une reprise, mais là... Elle était juste comme un oisillon tombé du nid. Sans défense.
©️ 2981 12289 0
@Aslan Caldeira



Ghost appear and fade away



Yuina discute en #6633cc
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
L'Admin Bogosse
J'ai actuellement : 395 points et j'ai balancé : 3138

Message(#) Sujet: Re: Aslan | Quand tes angoisses te rattrapent Sam 18 Nov - 11:05

Yuina accepta la proposition d’Aslan de la déposer chez elle ; ce qui le surpris plus qu'autre chose, en fait. Elle avait l’air tellement nerveuse qu’il s’était persuadé que c’était l’idée de rester seule avec lui qui lui avait fait peur. Mais après tout il était crevé, déprimé, ça avait tendance à le rendre un peu parano ; il avait probablement mal interprété les réactions de la jeune femme. Un sourire rassurant s'éprit de ses lèvres. « Non t’en fais pas... c’est même plus ou moins sur mon chemin, en fait. » Il était presque déçu qu'elle habite si près, pour être honnête – il n’était vraiment pas pressé de se retrouver seul avec ses pensées. Même réfléchir à la façon dont il exposerait les mensonges de Sanchez ne l’aiderait pas à se changer les idées : la dernière fois qu’un parrain de l'association avait été surpris à mentir sur sa consommation, c’était Harmonie qui s’en était occupée.
Ils finirent tous deux de ranger la pièce, puis quittèrent enfin le bâtiment. Il repéra sa voiture au milieu du parking, presque seule désormais ; et Aslan se dirigea vers elle, Yuina le suivant de près.
« Fais pas attention au bordel dans la voiture, je… » Mais soudain, il réalisa que la jeune femme n’était plus derrière lui. « Yuina ? » Il balaya le parking du regard avant de la repérer enfin, quelques mètres plus loin, comme figée au milieu de l'immensité de bitume.
Pendant un instant, il se demanda s’il n’avait en fait pas eu raison sur le fait qu’elle avait peur de se retrouver seule avec lui, et qu’elle paniquait totalement maintenant qu’elle avait accepté. Mais il remarqua ensuite ce type. La façon dont il s'approchait, dont il la regardait. Il ressemblait affreusement à un chasseur réfléchissant au meilleur angle pour tirer sur sa proie.
D'instinct, Aslan revint sur ses pas. Peut-être qu'il se trompait. Peut-être que tous les deux se connaissaient, ou peut-être qu'il interprétait juste mal son regard et que le type allait se tirer sans chercher à faire quoi que ce soit. Pourtant, il ne le sentait pas, ce gars ; et il avait la conviction que dans le doute, mieux valait intervenir.
Seulement, le mec n'avait rien fait - rien pour l'instant. Il n'allait pas lui sauter dessus pour l'engueuler ou se lancer dans une baston sans motif valable. Alors Aslan se contenta d'approcher de Yuina et de passer doucement son bras sur ses épaules, comme s'ils étaient en couple. « Ça va chérie ? » S'il se trompait, Yuina allait le prendre pour un taré – et, pour le coup, aurait plutôt de bonnes raisons d'avoir peur de monter en voiture avec lui. Mais s'il ne se trompait pas, ça allait probablement suffire à éloigner le type... Ou du moins c'était ce qu'il espérait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Allen
J'ai actuellement : 947 points et j'ai balancé : 645

Message(#) Sujet: Re: Aslan | Quand tes angoisses te rattrapent Mer 22 Nov - 16:48

Aslan ❝ I'm worried, affraid, sad and lost... Just wanna go home and feel safe but this feeling left me a long time ago...❞Quand tes angoisses te rattrapent Après qu'Aslan l'ait rassurée sur le fait que c'était sur son chemin, la jeune femme accepta. Ils finirent de ranger la salle avant de sortir, et très vite... Elle se figea.
Yuina avala sa salive. Joachim... Pourquoi ? Qu'est-ce qu'il faisait là ? Les yeux de son ex-petit-ami croisant les siens. Froid. Distant. Elle était comme statufiée la sangle de son sac lui blessait les mains tant elle la serrait. Elle ne savait pas comment se sortir de ce mauvais pas, elle ne savait pas comment faire. Et soudain Aslan. Aslan arriva et elle eut comme un électro-choc.
- Ca va chérie ? demanda-t-il. Elle vit le regard de Joachim changer se faire plus dur. Yuina ouvrit la bouche, le coeur battant, elle ne savait pas comment remercier Aslan, elle le ferait plus tard.
- Je... crois ? dit-elle en jetant un regard à Joachim.
- T'es qu'une trainée, lança le jeune homme en fixant le couple avec dédain, je savais bien que tu couchais ! C'était impossible que tu ais d'aussi bons résultats autrement !
Yuina était choquée. C'était vraiment ce qu'il pensait ? Elle pinça les lèvres et serra sa sangle, elle n'était pas prompte à la violence mais là... Elle l'aurait bien giflé ! Malgré le sentiment de peur qui la tenaillait vis à vis de lui. Joachim eut un rire
- Je comprends pas pourquoi tu faisais ta sainte nitouche avec moi si c'était pour t'envoyer en l'air avec tes supérieurs !
- Mes résultats je les dois à mon travail pas à... à... ça ! Je ne t'ai jamais trompé. J'ai rompu avec toi. Laisse-moi tranquille, lance-t-elle d'une voix moins assuré qu'elle ne le voulais, même si la colère se devinait légèrement, Ace-kun... je veux rentrer..., dit-elle utilisant le diminutif du prénom d'Aslan et ajoutant la marque de relation intime japonaise, elle espérait qu'il ne lui en voudrait pas.
Joachim ne semblait pas décider à la laisser s'en tirer comme ça mais à bien regarder la carrure d'Aslan et le regard noir qu'il lui lançait... Il préféra faire demi-tour. Lorsqu'il fut hors de vue Yuina inspira profondément, comme si elle était sur le point de fondre en larme, elle était plus blessée qu'elle ne le semblait. Elle n'avait jamais couché avec quelqu'un, n'avait jamais trompé quelqu'un, elle n'avait eu que deux garçons dans sa vie, et... Avec Joachim cela c'était mal passé, elle aurait préféré qu'il lui fiche la paix plutôt que de la suivre partout comme ça.
- Je suis désolée pour tout ça Aslan-sama... murmura-t-elle en serrant à nouveau son sac contre elle, son coeur battant la chamade et pas uniquement à cause du coup de frayeur qu'elle venait d'avoir. La proximité avec Aslan qui ne l'avait jamais laissé indifférente, la chaleur de son bras autour d'elle... Etait bien étrangement trop agréable. Elle sentit une rougeur lui envahir les joues et pria intérieurement que le peu de luminosité sur le parking masquerait ses joues rouges. Elle n'avait pas l'habitude des effusions d'affections en public, elle était plutôt réservé et assez peu tactile, même si elle l'était plus lorsqu'elle était intime avec quelqu'un. Elle appréciait autant qu'elle était gênée par ce contact.
- Merci..., bafouilla-t-elle incapable de croiser son regard. Que pouvait-il bien pensé d'elle à présent ?
©️ 2981 12289 0
@Aslan Caldeira



Ghost appear and fade away



Yuina discute en #6633cc
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
L'Admin Bogosse
J'ai actuellement : 395 points et j'ai balancé : 3138

Message(#) Sujet: Re: Aslan | Quand tes angoisses te rattrapent Dim 14 Jan - 17:40

T'es qu'une traînée. Cinq mots, cinq foutus mots qui avaient heurté Aslan comme la lame acérée d'un couteau. Une vague de colère s'engouffra aussitôt dans sa poitrine, son sang se mettant à bouillir au creux de ses veines. Ses doigts se crispèrent autour de ses clés, son bras rapprocha doucement mais fermement la jeune femme contre lui. Il serrait les dents, s'interdisant de prononcer un mot. S'il le faisait, cela partirait en baston, il le savait très bien - il était à deux doigts de péter les plombs.
Il avait toujours eu des problèmes à maîtriser sa colère, quand il était plus jeune. Depuis qu'ils avaient emménagés aux Etats-Unis, en fait. Il avait cru que la boxe et l'écoute d'Harmonie l'avaient aidés à surmonter définitivement tout ça ; mais les efforts qu'il était obligé de faire pour ne pas sauter sur ce connard tout de suite montraient bien à quel point il s'était trompé. Chacun de ses anciens démons étaient encore là, tapis dans l'ombre, attendant patiemment le moment de faiblesse qui les laisserait reprendre le dessus.
Se forçant à inspirer pour garder le contrôle, il baissa les yeux un instant vers Yuina qui le suppliait de rentrer. Il acquiesça en silence, avant de poser à nouveau un regard menaçant au jeune homme qui leur faisait face. Celui-ci sembla hésiter un instant, avant de s'éloigner enfin. « Petite merde », siffla Aslan entre ses dents.
La menace écartée, Yuina se confondit en excuses - mais l'infirmier était encore trop tendu pour parler. Gardant sans y penser son bras sur les épaules de la jeune femme, il la raccompagna jusqu'à la voiture, ouvrant et fermant la portière pour elle, avant d'aller s'asseoir à son tour. Si le type était parti, la colère, elle, ne le quittait pas. « Il te fait ça souvent ? » Il démarra le moteur, ses doigts se crispant nerveusement sur le volant. Et puis, il reprit de plus belle, furieux : « Qu'est-ce qu'il aurait fait si tu avais été toute seule ? Plus question que tu rentres seule à pied ou en bus ! » S'il l'engueulait à moitié, ce n'était pas du tout après elle qu'il en avait. Il avait juste eu peur pour elle ; peur de ce qui aurait pu arriver. Peur de ce qui pouvait encore arriver si ce connard continuait à la suivre. Il se tut un instant, marquant une hésitation à l'intersection entre le parking de l'hôpital et la route principale. La bonne route pour la ramener chez elle était à droite ; mais il finit par tourner à gauche, un air décidé assombrissant ses traits. « On va poser une main courante. » Ce n'était pas une question ; son ton n'offrait aucune réplique. Aslan n'était pas le plus grand fan des policiers ; mais il était pour lui hors de question que la jeune femme continue à se mettre en danger sans en informer les autorités. Il ne connaissait rien de la relation qui avait lié ces deux jeunes gens ; tout ce qu'il savait, c'était que le regard qu'il avait posé sur elle ne présageait rien de bon.

@Yuina Hartwell


Whatever you are
be a good one


Revenir en haut Aller en bas
❝ Contenu sponsorisé ❞

Message(#) Sujet: Re: Aslan | Quand tes angoisses te rattrapent

Revenir en haut Aller en bas
 
Aslan | Quand tes angoisses te rattrapent
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?
» Quand l’État est en faillite, la Nation est en péril
» A QUAND UN NOUVEAU DEPART POUR EVITER UN AUTRE 29 FEVRIER ?
» Quand les dès sont jetés .....
» Quand on rêve éveillé. [Pv Jann et Sweety]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Los Angeles Times :: Los Angeles :: Eastside & Northeast :: Ronald Reagan Medical Center-
Sauter vers: