AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
N'oubliez pas de voter pour le forum dans ce sujet
N'oubliez pas de commenter les pubs PRD et Bazzart et d'aller réclamer vos points
« HEY TOI LÀ !!! JE TE VOIS !!! Pose ce cookie tout de suite et inscris toi !! Nous on a mieux, on a des choco-suprème... »
N'oubliez pas d'envoyer vos secrets à Bitchcation.
Ne réclamez pas vos points, ils seront ajoutés automatiquement à la réception du MP!
La newsletter de Novembre est enfin là. N'hésite pas à aller la lire et la commenter !
Tu peux la retrouver par ici et la V12 ici
Le groupe du mois est ici et le membre du mois . N'hésitez pas à aller les féliciter, ça vous donne des points!
Retrouvez la fiche de liens du membre du mois.
Prendre un scénario ou un pré-lien vous donnera 20 points à la validation de votre fiche.

J'ai actuellement : 91 points et j'ai balancé : 3068

Message(#)Sujet: Astrysse | Please turn me loose.   Jeu 31 Aoû - 15:27

Ce fut les rayons du soleil qui réveillèrent Ulysse, ou alors était-ce son putain de mal de crâne ? Il avait l'impression d'avoir un marteau piqueur qui martelait sa tête, il entendit un aboiement à côté de lui et il avait le sentiment d'être au fin fond d'une grotte et que chaque aboiement se répercutait contre les murs, faisant un écho infernal. Deux minutes... Un aboiement ? Depuis quand il avait un chien ? Il ouvrit les yeux... Ou du moins, il essaya, car à peine avait-il entrouvert les paupières, une lumière aveuglante lui brûla la rétine. "Putain..." grogna-t-il. Sa bouche était affreusement pâteuse, il avait soif et son ventre n'arrêtait pas de gargouiller. Depuis quand il n'avait pas manger ou bu quelque chose qui ne soit pas de l'alcool ? Il n'en avait aucune foutu idée. Avec une énorme dose de courage, de force, de travail (une vraie aventure), il réussit à ouvrir les yeux.
Il fut accueilli par Moka qui lui léchait entièrement le visage. "Raaaah Moka, arrête." dit-il avant de le repousser.
Si Moka était là, cela ne voulait dire qu'une chose, Astrid aussi. D'ailleurs, les yeux ouverts, toujours allongés sur le canapé, il se rendit compte qu'il était chez elle. Comment était-il arrivé ici ?

Il se releva, ou encore une fois, essaya, mais une fois en position assise, il fut prit d'un haut le cœur. Non. Non, il n'allait pas gerber dans le salon d'Astrid. Il inspira doucement avant d'expirer. C'est bon la crise était passée. Il prit sa tête dans les mains, elle était tellement lourde. Il se sentait affreusement mal, il s'était prit de nombreuses cuites dans sa vie, mais celle là, était affreuse. Il avait l'impression d'avoir fait du sport toute la semaine, chaque parties de son corps lui faisaient mal, il était courbaturé de partout. Putain, il s'était passé quoi hier ? Il en avait aucune foutu idée. La soirée d'hier était... Disparue de sa mémoire. Un vrai trou noir. De temps en temps, il avait au moins quelques brides, mais aujourd'hui, rien. Le néant. Il ne savait même pas comment il avait pu finir dans le salon d'Astrid, sachant qu'hier, il était chez lui.

Finalement, il allait peut-être avoir la réponse à toute ses questions en la personne d'Astrid quand il la vit entrer dans le salon. "Hey, salut !" dit-il avec un grand sourire à son amie. "Heureusement que tu es là, tu vas pouvoir m'aider... Il s'est passé quoi hier ? Quand je suis arrivé chez toi, car à part si j'ai acquis la capacité de téléportation soudainement, je ne vois pas comment j'ai pu le faire..." En voyant le visage fermé de son ami, son sourire disparu. Quelque chose n'allait pas. Il fronça les sourcils avant de reprendre  "Tout va bien ?" Pas de réponse. Le visage toujours fermé. Ulysse commençait à s'inquiéter. "Rassure-moi,
je n'ai pas pissé dans tes rosiers.
" dit-il, essayant de la dérider un peu.

@Astrid C. Thibault




begey en puissance  :mous: :
 
Revenir en haut Aller en bas
J'ai actuellement : 30 points et j'ai balancé : 1296

Message(#)Sujet: Re: Astrysse | Please turn me loose.   Dim 3 Sep - 22:19

Astrid était inquiète. Elle n'avait pas dormi de la nuit. Elle avait découvert Ulysse, devant sa porte dans un état... Elle avait été très inquiète en le voyant, le front en sang, hagard, visiblement ivre. Elle l'avait donc fait entrer chez elle et soignée comme elle le pouvait. Elle l'avait veillé toute la nuit, inquiète. Elle ne comprenait pas pourquoi il se mettait dans des états pareils. C'était sa soirée d'anniversaire certes, qu'il soit bourré passe encore mais... blessé... et visiblement drogué... Elle ne l'acceptait clairement pas ! Elle était partie se rafraîchir et enfiler une tenue plus confortable. Elle était épuisée, elle avait été de service toute la nuit et devait reprendre au alentour de 14h30 ce jour mais elle ne pouvait se résigner à laisser Ulysse dans cet état ! Elle venait d'envoyer un sms à Aaron lui expliquant la situation. Elle s'en voulait mais... Elle glissa son téléphone dans sa poche et redescendit dans le salon. Son coeur s'accéléra lorsqu'elle entendit la voix d'Ulysse. Elle arriva rapidement dans la pièce le temps de voir Moka lécher le visage de son meilleur ami et ce dernier le repousser.
Elle le regarda et croisa les bras, la mine à la fois soulagée de le voir se réveiller mais aussi inquiète et principalement en colère. Elle pinça les lèvres lorsqu'il lui demanda de l'éclairer sur la soirée. Son visage se ferma. Lui dire ce qu'il s'était passé ?! Elle ne savait même pas comment il avait réussi à arriver chez elle ! Il avait traversé la moitié de la ville elle ne savait comment ! Et là il osait lui demandé si tout allait bien ?! C'était la goutte d'eau qui faisait débordé le vase !
- Non. Non ça ne va pas. Et j'aurais largement préféré que tu ais pisser dans mes rosiers imaginaires que t'avoir retrouver dans l'état dans lequel tu étais ! C'est plutôt à toi de me dire ce qu'il s'est passé hier soir ! Je t'ai retrouvé, le visage couvert de sang, devant chez moi alors que je sortais de service ! Tu étais complètement ivre, tu puais la clope et je ne sais quoi d'autre encore et... putain... Ulysse ! Je veux bien qu'hier c'était ton anniversaire... Mais.... Elle n'arrivait plus à aligner deux mots, les yeux brillants de larmes de colère.
Elle était morte d’inquiétude pour lui ! Elle trouvait qu'il dépassait trop souvent les limites, elle avait essayé plusieurs fois de lui en parler mais... il évitait la conversation complètement à chaque fois ! Elle avait peur qu'un jour on lui annonce que son meilleur ami avait fait un coma éthylique et ne s'était pas réveiller ou pire ! Elle le foudroya du regard
- Qu'est-ce qu'il s'est passé Ulysse, qu'est-ce que vous avez fait ? Putain, tu te rencontres de l'état dans lequel tu étais ?! Tu m'as fais une peur bleue bordel ! lui cria-t-elle. Elle savait que ce n'était pas la solution de lui faire la morale et de lui crier dessus mais.... elle n'arrivait pas à se faire entendre raison et lui parler calmement ! Elle était trop en colère.
@Ulysse A. Cooper




Do not look over here:
 
Revenir en haut Aller en bas
J'ai actuellement : 91 points et j'ai balancé : 3068

Message(#)Sujet: Re: Astrysse | Please turn me loose.   Sam 16 Sep - 14:59

Ok. Il ne fallait pas être devin pour comprendre qu'Astrid était vexée. Merci Captain Obvious. Tandis que la jeune femme l’engueulait, il porta ses mains à sa tête en grognant, c'était tellement douloureux. Il avait le sentiment que chaque mots que prononçait la jeune femme n'était qu'un écho. C'était à la fois lointain et tellement fort en même temps. Étrange comme sensation. "Parle moins fort s'il te plait" se plaint-il toujours la tête entre les mains. Il se sentait tellement mal qu'il avait envie de se rouler en boule et se mettre en position PLS. Il voulait aussi se rendormir, mais au vu de l'énervement d'Astrid, ça n'aurait peut-être pas été une bonne idée.

Ulysse essayait de suivre ce que son amie disait mais c'était affreusement compliqué tant les mots s'entrechoquaient dans son esprit. "En sang ?" demanda-t-il avant de porter la main à son visage. Aie ! Ça faisait mal putain ! Il regarda le sang coagulé qui s'était retrouvé sur ses doigts et grimaça. "Comment je me suis fais ça ?" demanda-t-il à Astrid, comme si par miracle, la jeune femme aurait la réponse. Astrid continua de parler, lui disant qu'il était complétement ivre et qu'il puait la clope, ce qui ne changeait pas d'habitude à vrai dire. Mais, quand elle commença à émettre l'idée qu'il ai prit autre chose, il secoua négativement la tête. "Voyons Astrid, tu sais bien que je ne prends pas ce genre de choses" Et pourtant, il avait un mini doute au fond de lui, comme si hier, il avait vraiment trop exagéré.

"Je me souviens rien de ce qui s'est passé." dit-il d'une petite voix penaude. "Le black out total". Ça lui arrivait souvent, beaucoup trop souvent. Il ne pouvait même pas compter le nombre de fois où la soirée de la veille avait totalement disparu de son esprit. "Désolé" dit-il d'une petite voix en rentrant sa tête dans les épaules, comme un enfant que l'on gronde. Il faillit même dire "Je ne le ferais plus promis" mais il avait le sentiment que ça ne ferait qu'énerver Astrid et de toute façon ça aurait été des paroles en l'air. "Je voulais juste profiter à fond de mon anniversaire" continua-t-il se cherchant des excuses. En tout cas, pour en profiter, il l'avait fait. Cette soirée avait été plus que géniale (même s'il ne s'en souvenait pas). "Tu n'as pas à t'inquiéter pour moi Astrid, je vais très bien" conclut-il avec un grand sourire. "Je suis un grand garçon, je peux me gérer tout seul." Certes c'était adorable de la part d'Astrid de s'inquiéter pour lui de la sorte, mais à force, cela commençait à agacer Ulysse. Entre Aaron et elle, il avait l'impression de n'avoir que des remontrances. Et ça le soûlait, vraiment. Il avait 28 ans maintenant, il était majeur et vacciné et pouvait agir comme il le souhaitait. S'il s'était installé à L.A, ce n'était pas pour avoir une deuxième mère qui lui disait comment il devait se comporter.

@Astrid C. Thibault




begey en puissance  :mous: :
 
Revenir en haut Aller en bas
J'ai actuellement : 30 points et j'ai balancé : 1296

Message(#)Sujet: Re: Astrysse | Please turn me loose.   Dim 17 Sep - 20:52

Astrid pinça les lèvres. Elle ferma les yeux essayant de se calmer, mais elle n'y arrivait pas elle avait trop peur pour son meilleur ami. Elle récupéra la trousse de secours sur le plan de travail pour renettoyer la plaie. Elle posa ses fesses sur la table basse face à Ulysse
- Tiens-toi tranquille, tu vas être encore mal.... ça risque de piquer, dit-elle sans répondre à sa question, elle commença à nettoyer sa plaie le plus doucement possible. Malgré la colère qui déformait ses traits on voyait parfaitement que la jeune femme avait fondu, elle était plus maigre, ses traits tirés par la fatigue ne laisse pas de doute quand au fait que sa maladie ne se stabilisait pas contrairement à ce qu'elle laissait entendre lorsqu'on lui posait des questions.
- Ulysse. Il y a des signes qui ne trompe pas. Tu as pris quelque chose, quoi je ne sais pas et je ne veux pas savoir mais sérieusement... j'ai pas envie de te retrouver dans un caniveau un de ses quatre... Tu vas pas commencer à te droguer quand même ? Elle se tut l'écoutant raconter qu'il avait un black out total. Elle s'arrêta la main à quelque centimètre de la plaie
- Ça t'arrive souvent ? demanda-t-elle l’inquiétude déformant sa voix, la faisant monté dans les aiguë. Et puis il s'excusa et Astrid se mordit les lèvres pour éviter une réplique cinglante, elle risquait juste de l'énerver et le braquer ce qu'elle ne voulait pas, même si elle avait une terrible envie de le secouer comme un prunier et de lui hurler dessus, elle ne lui avait déjà que trop hurler dessus.
- Il y a en profiter et ne plus s'en souvenir. Tu n'en as pas profiter, tu ne peux pas savoir si tu en as profiter tu n'en as aucun souvenir. Tu m'expliques l'intérêt de boire et de se droguer pour en profiter ? C'est quoi l'intérêt franchement ? Outre te mettre dans des états pas possible et traverser la moitié de la ville en sang pour venir sonner à ma porte ! Estimes-toi heureux que ce ne soit pas Luizia qui t'es ouvert !
Elle appliqua une compresse sur son front de la taille de la blessure avant de mettre un sparadrap dessus.
- Il faudra que tu ailles à l'hôpital... Ca m'a quand même l'air profond... Et puis... ce fut la goutte d'eau. Elle le regarda bouche bée, ne sachant si elle avait envie de rire, fondre en larme ou de se mettre à nouveau en colère. Pas à s'inquiéter. Elle n'avait pas à s'inquiéter pour lui ? Il se foutait de sa gueule là non ? Il ne pouvait pas réellement lui dire ça alors qu'elle avait surement haut la main la palme d'or de l'inquiétude.
- Tu te fout de ma gueule ? lance-t-elle après un instant. Tu me demandes de ne pas m'inquiéter ? Sérieusement ? Après être venu échouée à sept heure du mat' devant ma porte alors que je quittais le taff ? Putain, je ne comptes même pas le nombre de fois où j'ai vérifié que tu dormais et respirais Ulysse ! Et tu me demandes de ne pas m'inquiéter ? A moi ? Alors que je me fais déjà du soucis pour un rien ! Elle se tut reprenant son souffle, essuyant ses yeux d'un geste rageur, effaçant les larmes qui lui brûlait les yeux, elle se leva et remballa ses affaires.
- Tu as des problèmes Ulysse, tu vas me dire que non, mais je te dis si : cite moi une soirée ces derniers mois, ces dernières années même ! Où tu n'as pas fini bourré ? Cite moi une journée ou tu ne bois pas, ou tu ne va pas dans un bar, ou une soirée. La dernière fois que je suis venu chez toi tu étais fin saoul ! J'ai fini saoule aussi et... Elle se tut les larmes brillant à nouveau dans ses yeux. Et il l'avait embrasser. Elle ne savait pas s'il s'en souvenait et ne voulait pas le savoir. Elle, elle s'en souviendrait toute savoir de cette triste soirée. Je veux bien être gentille Ulysse mais... Je suis fatiguée. Tu as besoin d'aide, je peux te l'apporter si tu la souhaite mais... s'il te plait... Arrête, tu vas finir par te tuer... et je n'ai pas envie de te perdre... tu es ce qui se rapproche le plus d'une famille... finit-elle dans un murmure en se détournant, doutant qu'il est entendu la fin de sa phrase. Elle ouvrit un placard pour en sortir un verre qu'elle remplit de jus de fruit avant de le donner à Ulysse, sans le regarder. Elle était blessée, inquiète, en colère et soulagée. Soulagée qu'il se soit réveiller et sembler aller "bien". Soulagée d'avoir un peu vider son sac maintenant à voir si elle allait brasser du vide ou s'il allait enfin y avoir un tilt dans sa tête de linotte.




Do not look over here:
 
Revenir en haut Aller en bas
J'ai actuellement : 91 points et j'ai balancé : 3068

Message(#)Sujet: Re: Astrysse | Please turn me loose.   Dim 15 Oct - 20:14

Ulysse resta calme quand un enfant quand Astrid lui demanda de ne pas bouger, mais à peine eut-elle le temps d'appliquer la compresse sur la blessure du jeune homme que celui-ci se mit un pigner, comme s'il souffrait le martyr et que c'était la douleur la plus insupportable au monde (comme le font tout les hommes quoi)  "AIE AIE AIE. Mais ça fait mal ton truuuuuuuuuc ! Oh mon dieu, mais c'est affreux, c'est de l'acide que tu me mets sur la gueule. Ça bruuuuuuuuuule !" hurla la pauvre petite nature fragile. La douleur finit quand même par s'atténuer doucement, et il laissa les petits doigts de fée d'Astrid s'occuper de lui. Il n'écoutait que d'une oreille distraite ce que son amie lui disait. Il connaissait ce refrain par coeur vu le nombre de fois qu'elle lui avait chanté. Surtout que là, elle se fourvoyer complétement, Ulysse ne s'était pas drogué (du moins c'est ce qu'il croyait, il se souvenait de rien) et elle parlait vraiment pour rien dire. "Depuis quand tu es une experte en droguée Astrid ?" dit-il un peu agaçé par le fait qu'elle le relance sur ça. "Je ne me drogue pas ! Ce n'est pas mon genre, alors on peut arrêter de parler de ça s'il te plait ?"

Le jeune homme haussa les épaules quand Astrid demanda s'il faisait souvent des black-out. La réponse était : ouais, au moins une fois toute les semaines, mais ça il n'allait pas lui dire. Il était peut-être con, mais pas à ce point là. "Noon, pas tellement. Pas autant que tu le penses du moins" dit-il en roulant des yeux. "C'est même très rare." Mon dieu, quel jeu d'acteur, il s'étonnait lui-même. Si la situation n'aurait pas été aussi tendue, il se serait applaudit lui-même. La jeune femme lui dit qu'il devrait surement aller à l’hôpital... Super, il ne manquait plus que ça. Ulysse détestait tellement les hôpitaux qu'il fallait le traîner par la peau du cul pour qu'il y aille. Il effleura sa blessure avant de grimacer. Moui, Astrid avait peut-être raison, mais hors de question qu'Ulysse l'admette. "Ça ira. Mais si tu as de la glace pour mettre dessus, ça serait cool..."

Toutefois, il sortit bien vite de ses rêveries quand le ton d'Astrid monta. Voila voila, encore des remontrances, ça commençait à en devenir totalement lassant et Ulysse n'était pas vraiment en état de les supporter. Il se leva d'un coup, avant de taper brusquement la table basse de son poing. Ulysse n'était pas un violent loin de là. Mais là, entre Aslan, Astrid, Aaron et toute les personnes lui faisant des remarques, l'alcool aidant, ses nerfs étaient à vif "Mais putain ! Puisque je te dis que je n'ai aucun problème ! Je sais très bien ce que je fais et tout va bien. Tout va bien ok ?! Vous me pétez tous les couilles à vouloir faire votre psychanalyste sur moi, mais commencer déjà par régler ce qui ne va pas chez vous avant de me faire des reproches ! " Il marchait en rond, énervé. "Vous me faites tous chier... Ça me donne envie de me casser d'ici. Au moins, j'aurais la paix... Et cool pour toi, tu ne m'aura plus dans tes pattes et tu n'auras donc plus à t'inquiéter. Super non ?!" dit-il sur un ton acerbe avec un regard noir.


@Astrid C. Thibault




begey en puissance  :mous: :
 
Revenir en haut Aller en bas
J'ai actuellement : 30 points et j'ai balancé : 1296

Message(#)Sujet: Re: Astrysse | Please turn me loose.   Dim 22 Oct - 14:53

Qu'est-ce qu'il était douillé ! C'était bien un homme ! Songea la brunette en levant les yeux aux ciels nettoyant et pensant la tête de son ami.
- Je ne suis pas une experte, mais je sais reconnaître. Tu crois que j'ai vécu où avant de pouvoir avoir un appart ? Faut que je te le rappelle ? J'ai eu mon lot d'emmerde Ulysse. Alors je sais pas ce qu'il t'a pris cette nuit, mais... j'espère sincèrement que ce n'était que la première fois...
Elle eut du mal à le croire lorsqu'il lui dit que c'était rare, elle se leva pourtant et donna de la glace à son ami avant de finalement vidé son sac et soudain Ulysse se leva brusquement et frappa la table sur laquelle était assise la jeune femme. Elle se raidit, la peur envahissant son regard alors qu'elle tentait de retenir ses larmes. Il ne lui ferait pas de mal. Jamais. Non ? Et puis se fut la goutte d'eau. Astrid se leva
- MAIS T ES CON OU QUOI ?! cria-t-elle, tu crois vraiment que parce que tu es pas là je m'inquiète pas ?! Tu es ce qui se rapproche le plus d'une famille Ulysse ! OUI, j'ai mon lot de problème. OUI je les règle ! crie-t-elle, je n'expose juste pas au grand jour tout ! lance-t-elle, sachant très bien que peu voir quasi personne dans son entourage se rendent compte à quel point son anorexie empire. Elle n'a parler à personne de sa possible hospitalisation, du moins pour le moment, mais elle ne va bientôt plus avoir le choix. Moka se mit à pleurer, n'ayant jamais vu sa maîtresse aussi énervé.
- Tu sais quoi ? Je me casses. Tu fais ce que tu veux, tu restes là, tu t'en vas, tu vas à l'hôpital je m'en fou. Tu es mon meilleur ami Ulysse mais là tu dépasses les bornes. Soûles-toi encore si tu veux, je vais aller travailler !
Tant pis si elle était épuisée au travail, elle dirait à Aaron que ce n'était rien au final. Ouais elle avait pas dormi de la nuit, oui elle s’esquintait la santé pour ses amis, mais tant pis, puisqu'il s'en foutait qu'on s'en fasse pour lui qu'on s'inquiète.
- Non tu sais pas ce que tu fais. Tu as besoin de voir un psy Ulysse, d'être aidé. Reviens me voir quand tu seras décidé à aller mieux. Je t'adore, je t'aime mais là... elle ne termina pas sa phrase, sa voix tremblant. Elle se leva et attrapa son sac avant de sortir de chez elle. De toute façon à quoi bon ? Il n'en avait rien à faire. Et puis pourquoi lui en parler ? Il ne comprendrait peut-être même pas pourquoi elle devait aller à l'hôpital encore moins dans son état, il ne comprendrait pas pourquoi elle avait besoin que ses amis aillent bien, qu'elle soit sûre qu'ils iraient bien le temps de son hospitalisation...  Elle savait qu'elle regrettait d'être partie ainsi, qu'elle le regrettait déjà mais... Que pouvait-elle faire d'autre ? Il ne l'écoutait de toute façon pas, il était encore bourrée elle en était sûre... Elle se dirigea vers sa voiture fouillant dans son sac à la recherche de ses clés.

@Ulysse A. Cooper




Do not look over here:
 
Revenir en haut Aller en bas
 
Astrysse | Please turn me loose.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Don't loose control [Livre I - Terminé]
» Amy Wild - Firefly // If you loose yourself, your courage soon will follow
» And what's small turn to a friendship. [pv Aaron]
» 01. Turn down these voices, inside my head
» Thousands of Haitians turn out to call for Aristide's return

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Los Angeles Times :: It's Over :: Hasta la vista, Baby :: RP-
Sauter vers: