AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
N'oubliez pas de voter pour le forum dans ce sujet
N'oubliez pas de commenter les pubs PRD et Bazzart et d'aller réclamer vos points
« HEY TOI LÀ !!! JE TE VOIS !!! Pose ce cookie tout de suite et inscris toi !! Nous on a mieux, on a des choco-suprème... »
N'oubliez pas d'envoyer vos secrets à Bitchcation.
Ne réclamez pas vos points, ils seront ajoutés automatiquement à la réception du MP!
La newsletter de juin est enfin là. N'hésite pas à aller la lire et la commenter !
Tu peux la retrouver par ici
Le groupe du mois est ici et le membre du mois . N'hésitez pas à aller les féliciter, ça vous donne des points!
Retrouvez la fiche de liens du membre du mois.
Prendre un scénario ou un pré-lien vous donnera 20 points à la validation de votre fiche.

J'ai actuellement : 0 points et j'ai balancé : 40

Message(#)Sujet: will&riley ☀ you set fire to my atmosphere   Jeu 7 Sep - 16:07


   
  


you set fire to my atmosphere.


« Bébé, tu restes avec moi, ce soir ? » William soupira tristement. Il n’arrivait décidément pas habituellement à dire non à la jolie mine boudeuse de la jolie Julia. Peut-être était-il trop gentil, peut-être avait-il peur de perdre quelqu’un une seconde fois, peut être se laissait-il trop marcher sur les pieds. Qu’importe, après tout, depuis deux mois qu’ils étaient ensemble, le jeune homme se mettait de nouveau à sortir et voir du monde, et surtout, il rassurait ses parents. C’était le principal. Il aimait bien Julia. Elle était de bonne compagnie, l’accompagnait au cinéma lorsqu’un nouveau film de Marvel sortait, elle lui préparait également son petit-déjeuner le matin. Et bien sûr, elle était l’épaule sur laquelle il pouvait pleurer; enfin, c’est ce qu’elle osait prétendre, puisque William ne se serait jamais permis de vider son sac auprès de la jolie rousse, tout simplement par respect pour elle. Mais depuis deux mois, un sourire maigre et timide qui lui appartenait si bien avait pourtant repris place sur son visage expressif, et il était reconnaissant à sa nouvelle petite-amie pour cela. Riley n’avait plus jamais répondu à ses appels, il fallait qu’il se fasse une raison, qu’il passe à autre chose, qu’il se reprenne en main. Son père avait raison, le William d’avant devait reprendre le dessus. Alors, comme d’habitude sur un coup de tête, Will avait suivi Julia qui rentrait à Los Angeles, et s’était installé avec elle dans son appartement cosy de Westside. Ils vivaient paisiblement, tout allait pour le mieux.. peut être même un peu trop. « Mmmh.. d’accord, mais à une seule condition, tu m’accompagnes au Fasano’s cet après-midi. » il tenta avec un petit rictus, persuadé que cette fois elle allait craquer et enfin venir s’amuser un peu avec lui. « Oh non, vas-y tout seul. En échange, je te promet que tu auras des bonnes pâtes carbo ce soir en rentrant. » La petite mine boudeuse du brun se transforma soudainement en un petit rire. « Tu sais comment parler aux hommes, hein. Très bien, à ce soir, bébé. » Un petit baiser sur les lèvres de Julia, et il ébouriffa ses cheveux roux comme on ferait à une gamine de trois ans, et le voilà, sa veste à la main, prêt à prendre le métro pour rejoindre Downtown.
Il avait besoin de se détendre pendant son jour de congé hebdomadaire, et quoi de mieux que de se plonger dans une bonne ambiance conviviale avec un bon jeu vidéo ? Poussant la porte avec une légère pointe d’excitation qui le tiraillait à l’intérieur de lui, il se dirigea vers le bar pour tout d’abord commander une boisson qu’il boirait devant sa console. C’est ainsi que William s’installa à la table de libre, à côté d’une jeune femme dont il fit malencontreusement tomber la veste du dossier. « Oh pardon, je suis désolé. » dit-il en ramassant le vêtement. Et lorsque sa propriétaire se retourna vers lui, son coeur s’arrêta. Ce n’était pas possible. Pas elle. Tout son douloureux passé venait de lui revenir en pleine face alors que Riley Wellington se trouvait juste à côté de lui, si bien qu’il était tellement abasourdi qu’il fut incapable de prononcer un mot de plus. @Riley A. Wellington
© Frimelda, sur une proposition de © Blork




and all we'll ever need
is another day, we can slow down 'cause tomorrow is a mile away and live like shooting stars, 'cause happy endings hardest to fake ••ALASKA (eden)

Revenir en haut Aller en bas
J'ai actuellement : 0 points et j'ai balancé : 70

Message(#)Sujet: Re: will&riley ☀ you set fire to my atmosphere   Jeu 7 Sep - 23:11

 
You Set Fire To My Atmosphere
Ereintée, épuisée, fatiguée. Voilà ce qu’était Riley. Dans tous les sens du terme. Depuis une semaine déjà, la jeune femme dormait plus que mal. Enfin plus que d’habitude. Les difficultés financières ne cessaient d’augmenter,  sa nouveauté au salon de tatouage où elle travaillait ne lui rapportait pas assez d’argent et elle songeait sérieusement à travailler au Red Lion Tavern en temps que boulot à temps plein. S’ajoutait à cela, la souffrance de sa rupture et sa dernière fausse couche en date. Elle dormait mal, travaillait mal et culpabilisait pour des choses qui n’étaient pas de son fait. La rousse ne comprenait plus rien à la vie.

En quelques mois, sa vie avait complètement été bouleversée. En avril dernier, elle était heureuse, mariée et future maman en Irlande. Désormais, en septembre, elle était fauchée, misérable, séparée et probablement infertile aux Etats-Unis. Après la dernière annonce mortelle, la jeune femme avait refusé de savoir si elle était vraiment dans l’incapacité de mener une grossesse à terme. C’était d’ailleurs l’une des raisons de ses engueulades permanentes mais aussi de la séparation qui avait suivi. William voulait savoir. Riley avait peur d’avoir ruiné la vie du jeune homme. Non, elle savait au fond qu’elle l’avait probablement déjà ruiné. Sans le probablement d’ailleurs. A cause de cela, la jeune femme dormait peu et faisait constamment des cauchemars. Elle se souvenait de cet enfant qu’elle avait porté à terme mais donc la vie avait été prise. Encore et encore et encore jusqu’au levé le matin durant lequel elle tatouait comme elle pouvait.

Allongée telle une loque sur son canapé aux allures miteuses, la jeune femme regardait une série depuis son retour plus tôt. A peine arrivée au salon, son patron l’avait forcé à rentrer chez elle. Il avait vu sa tête et décidé qu’il lui fallait retourner se coucher. Mais une fois rentrée, la jeune femme avait eu trop peur de sombrer dans un sommeil d’horreur. Alors elle avait d’abord appelé son père une petite heure puis s’était installé dans Game of Thrones bien qu’elle soit parfaitement à jour. Elle avait somnolé un peu et son état s’était déjà un peu amélioré. L’après-midi était déjà là, il lui fallait bouger de cet appartement dans lequel elle ne cessait de ruminer sa tristesse. Le Fasano’. C’est là qu’elle irait.

Une heure plus tard, la jeune femme était changée, maquillée et moins cernée. Son correcteur anti-cernes n’avait certes pas fait des miracles, elle avait cessé de ressembler à quelqu’un qui venait de se prendre un œil-au-beurre-noir. C’était déjà un succès. Elle était d’ailleurs assise à une table du Fasano’s un cappuccino bien au chaud entre ses deux mains. Elle avait trop chaud mais peu lui importait.

Sa journée semblait finalement rouler. Elle était sortie et avait retrouvée un semblant de joie en profitant d’un café et d’un bon jeu vidéo comme elle les aimait. Un sourire très maigre sur les lèvres, elle se concentrait sur sa partie quand soudain, une voix s’adressa à elle. Mais pas n’importe quelle voix. Une voix qui la faisait craquer du plus profond de son âme, celle qui l’avait aussi tant blâmé. «  William ? » Prononça t-elle à demi-mots. Son corps entier se figea à part ses mains qui se mirent à trembler violemment et qu’elle tenta de dissimuler au plus vite en les plaçant sous la table. « Que… qu’est-ce que tu fais ici ? »

Une micro pensée passa dans son esprit. Et si, il avait appelé son père à elle pour savoir où elle se trouvait pour la ramener chez eux.  Cette pensée s’étiola lorsqu’il resta bouché bée face à elle. Non, il n’était pas là pour elle. Ses yeux brillaient prêts à se remplir de larmes. La douleur était toujours bien là.
roller coaster


@William G. Wellington




Broken Arrow
It's so hard to keep yourself on the straight and narrow. When you shoot across the sky like a broken arrow. You fall off course,  ▬ Yeah when you hit the ground. It's hard to get to heaven when you're born hell bound


Revenir en haut Aller en bas
J'ai actuellement : 0 points et j'ai balancé : 40

Message(#)Sujet: Re: will&riley ☀ you set fire to my atmosphere   Dim 10 Sep - 17:52


   
  


you set fire to my atmosphere.


William restait ici, planté là, avec un air ahuri tant il avait du mal à analyser et assimiler la situation. Riley Wellington se trouvait pourtant bel et bien devant lui, avec cet air fatigué, ces cernes et ces petits yeux expressifs dans lesquels il avait pris l’habitude de se perdre. Elle était restée à la fois la même, mais différente, et cette vision le brisait. Parce qu’il était certain qu’elle lui en voulait, peut-être même qu’elle le haïssait du plus profond de son être, alors qu’il continuait de l’aimer secrètement corps et âme. Il était incapable de parler, ni même de répondre à sa question. Tout ce qu’il faisait, c’était observer la jeune femme qui se tenait devant lui pendant que tout leur passé lui revenait à l’esprit. Il la revoyait dans sa robe de mariée, vêtue de blanc et portant un magnifique bouquet floral, prête à le lancer dans la foule. Il la revoyait encore si pleine de vie, son ventre s’arrondissant à vue d’oeil alors que lui se préparait à la paternité qu’il chérissait tant. Tous ces souvenirs, ces rires et ces projets d’avenir. Envolés, partis en fumée pour le plus grand malheur du jeune couple… ou des papiers qui l’officialisaient. Après dix bonnes secondes sans avoir été capable de laisser sortir aucun son de la barrière de ses lèvres, William reprit finalement ses esprits et releva les yeux, avant de finalement s'asseoir sur le siège qu'il comptait occuper précédemment, avant d'être interrompu par ce violent flashback. Ce qu'il faisait ici .. Que faisait-il ici, d'ailleurs ? Il aurait dû rester à Londres, chez son père, puisqu'il se doutait que ce n'était pas Riley qui était venu pour le chercher et le faire revenir chez eux, à Galway, les ramener à la maison pour réessayer, une autre fois.  « J'habite ici. » il répondit, d'une voix un peu brisée qu'il tentait vainement de stabiliser. Et là, il se sentait stupide. Il avait envie de tout lâcher, de lui dire à quel point il était fou d'elle, qu'il ne cessait de penser à elle. Mais c'était impossible, pas ici, et surtout pas maintenant alors que Julia l'attendait à la maison pour passer la soirée devant The Fosters. Son coeur était actuellement perdu entre deux femmes, une qui l'avait et qu'il avait brisé, et celle qui avait mis un peu de baume à son coeur et pansé les plaies de son passé. « Et.. et toi ? » Le grand brun ajouta, n'étant pas sûr de finalement vouloir savoir la réponse. Peut-être avait-elle également refait sa vie. Il ne pourrait pas lui en vouloir, de toute manière, tant que cet homme la rendait heureuse.
Mais William connaissait Riley par coeur, et il voyait ses mains trembler sous la table. Après avoir bu une gorgée de son café latté, il reposa le mug qu'il tenait sur la table avant de venir délicatement prendre sa main dans la sienne, et venir la caresser de son pouce dans un mouvement circulaire. « Riley.. Tu vas bien ? Calme toi, hey.. » tenta-t-il de la rassurer, alors que lui-même n'était pas sûr de l'état dans lequel il se trouvait à ce moment précis. @Riley A. Wellington
© Frimelda, sur une proposition de © Blork




and all we'll ever need
is another day, we can slow down 'cause tomorrow is a mile away and live like shooting stars, 'cause happy endings hardest to fake ••ALASKA (eden)

Revenir en haut Aller en bas
J'ai actuellement : 0 points et j'ai balancé : 70

Message(#)Sujet: Re: will&riley ☀ you set fire to my atmosphere   Dim 10 Sep - 23:21

 
You Set Fire To My Atmosphere
Une immense panique s’empara de l’esprit de la jeune femme. Que pouvait-il bien faire là ? C’était la seule et unique question qui passait et repassait en boucle dans la tête de la jeune femme. Elle aurait aimé qu’il lui avoue sur le champ qu’il était là pour elle, pour la récupérer, pour sauver leur mariage mais elle avait tout aussi peur de l’entendre prononcer de tels mots. Elle allait le rendre malheureux. Elle n’était plus bonne à rien dans sa vie à lui. Il valait autant mieux qu’il finisse avec une autre qu’elle. Avait-il d’ailleurs retrouvé quelqu’un depuis ce mois tragique ? Au fond d’elle, elle espérait que non. Comment aurait-il pu refaire sa vie sans elle en aussi peu de temps ? Pourtant, beau et séduisant comme il était, il avait sûrement déjà quelqu’un dans sa vie, ne serait-ce que pour satisfaire ses parents.

Vu l’étonnement qui s’affichait dans la position de son corps et dans son corps, la jeune femme sut de manière sûr qu’il n’était pas venue pour elle. Il ne savait donc pas qu’elle avait déménagé ici à Los Angeles pour fuir tous les souvenirs qui l’a hanté. Elle avait volontairement abandonné son père pour retrouver un semblant de bonheur avant de peut-être retourner vivre avec lui. Riley, affolée jusqu’ici d’analyser le jeune homme qui se trouvait en face d’elle, celui qu’elle aimait encore plus que tout mais qu’elle pensait détruire. Son visage ne portait pas autant de peine et de souffrance qu’elle. Il avait, de toute façon, toujours mieux gérer ses émotions. William. Ce nom qu’elle avait prononcé tant de fois, ce nom qu’elle avait tant aimé, ce nom associé à son seul et unique véritable amour. Celui qu’elle avait brisé en l’entraînant dans sa chute douloureuse. Il était clairement abasourdi de se retrouver devant elle en ce lieu particulier. Elle avait une envie folle de prendre ses jambes à son coup de le laisser en plan. Oui, Riley pouvait faire cela. Elle pourrait rapidement récupérer le peu d’affaire qu’elle avait pris avec et changer de ville pour fuir son passé. Et se défiler une nouvelle fois.
Il s’assit, trop près d’elle selon l’avis de Riley. Qu’allait-elle pouvoir bien lui dire ? Il semblait aller mieux, il s’était peut-être remis de cette rupture. Le bonheur allait peut-être bientôt sonner à sa porte et peut-être lui demanderait-il de signer des papiers de divorce. Papiers qu’elle avait attendus avec une grande inquiétude. Cela ne pouvait pas être terminé… Pas ainsi du moins...

La jeune femme fut surprise. Il habitait ici lui aussi. Dans leur chaos, tout deux avaient finir par venir habiter aussi. Peut-être était-ce une simple coïncidence comme un signe de destin. Mais cela faisait beaucoup de peut-être.  La voix brisée qui avait réussi à transpercer les lèvres du jeune homme resserrèrent le cœur de la jeune femme. « Tu… Habites ici ? Depuis combien de temps ? » demanda t-elle les yeux écarquillés. Puis se souvenant de sa question à lui, répondit à demi mots comme honteuse : « J’habite aussi ici. » A ces mots, elle détourna les yeux. Cet aveu signifiait qu’elle avait abandonné la possibilité qu’ils puissent se remettre ensemble. Sans vraiment s’en rendre compte, elle serra la main qui tenait la sienne s’y accrochant comme à une bouée de secours avant de la retirer brutalement. C’est mal, se répétait-elle. « Oui je vais bien. Tout va bien. Pour le meilleur du monde. Et toi, comment tu vas ? » Non, ça allait pas. Elle tremblait, sa voix aussi et elle parlait bien trop vite pour aller bien. « Tu devrais probablement oublier ma présence. » Conclua t-elle trop rapidement.

roller coaster


@William G. Wellington
Par ici:
 




Broken Arrow
It's so hard to keep yourself on the straight and narrow. When you shoot across the sky like a broken arrow. You fall off course,  ▬ Yeah when you hit the ground. It's hard to get to heaven when you're born hell bound


Revenir en haut Aller en bas
J'ai actuellement : 0 points et j'ai balancé : 40

Message(#)Sujet: Re: will&riley ☀ you set fire to my atmosphere   Sam 16 Sep - 21:15


   
  


you set fire to my atmosphere.


« Ca va faire un mois et demi. » C’était un vrai ascenseur émotionnel que vivait le pauvre William. Mais pas un petit ascenseur qui s’arrêtait à chaque étage pour repartir, oh ça non, disons plus comme l’attraction du célèbre parc Disneyland. Une montée lente et oppressante pour un relâchement brutal et une chute vertigineuse. Voilà, c’était exactement cela. L’avocat avait de la chance d’arriver à rester maître de ses émotions et de ne pas exploser à chaque instant de faiblesse. C’était d’ailleurs peut-être grâce à cela, ou à cause de cela d’ailleurs, que leur couple avait tenu si longtemps avant d’imploser. Il gardait tout pour lui, jusqu’à ce que son corps, son coeur, et sa tête ne puisse plus contenir toute la douleur et la peine, la colère qui étaient enfouies en lui. Alors, Riley vivait là également en Amérique, et qui plus est, dans la même ville que lui ? C’était presque trop gros pour y croire selon le grand brun qui tentait d’analyser la situation. Il avait envie de se dire qu’elle regrettait de l’avoir laissé seul, sans jamais savoir s’ils seraient un jour dans la capacité de construire une famille, d’avoir un bébé tous les deux. Il avait envie de croire qu’elle était là pour lui, que tout ça n’était qu’une simple blague, qu’elle avait croisé son meilleur ami Colin en venant le retrouver à Galway et qu’avec étonnement, le jeune homme roux lui aurait répondu « Quoi ? Attend t’es pas au courant, ça va faire un mois que Monsieur Wellington se prend pour un américain ! » avec un petit air moqueur qu’il utilisait pour imiter William. Il avait envie d’entendre ces mots qu’il chérissait tant, juste un petit je t’aime de la part de cette jolie fille, de son premier amour, de si jolis mots qui signifieraient un nouveau départ.. Si tout cela n’était pas si compliqué.
Si Riley lui disait de l’oublier, Will cependant, remarquait qu’elle n’avait pas lâché sa main, et que contrairement à lui d’ailleurs, elle n’avait toujours pas une maîtrise parfaite de ses émotions. Il savait qu’il devait l’écouter, juste récupérer son numéro, rentrer chez lui et lui donner rendez-vous au cabinet pour lui faire signer ces foutus papiers qui rompraient leur mariage pour le meilleur comme pour le pire. Mais il en était incapable. La voir si vulnérable lui donnait surtout envie de la protéger du mal, de prendre soin d’elle, de ne jamais l’abandonner. D’être là pour elle même si rien ne serait plus jamais pareil. Une moue légèrement triste prit place sur son visage expressif, et il vint doucement se mordiller la lèvre, venant replacer de sa main libre une mèche de cheveux de Riley qui venait descendre sur son visage angélique, derrière son oreille. « Est-ce que c’est vraiment ce que tu veux ? » il demanda gentiment, près à respecter sa volonté, si tel était son souhait de toute manière. Bien qu’il avait envie de savoir tout ce qu’il avait manqué dans la vie de cette fille qu’il poterait à jamais dans son coeur, cette fille qui avait marqué sa vie.
© Frimelda, sur une proposition de © Blork




and all we'll ever need
is another day, we can slow down 'cause tomorrow is a mile away and live like shooting stars, 'cause happy endings hardest to fake ••ALASKA (eden)

Revenir en haut Aller en bas
J'ai actuellement : 0 points et j'ai balancé : 70

Message(#)Sujet: Re: will&riley ☀ you set fire to my atmosphere   Sam 23 Sep - 19:37

 
You Set Fire To My Atmosphere
Un mois et demi… Tant que ça… Leur séparation semblait si proche et si lointaine à la fois qu’elle ne savait pas comment procéder cette information. Un mois et demi… Cela ne paraissait rien mais tout à la fois. Avait-il renoncé à leur vie commune depuis un mois et demi ? Et puis comment pouvait t-elle lui reprocher quoique ce soit ? Elle était partie la première, elle avait jeté l’éponge la première. Riley était celle qui avait déménagé la première et non pas William. Dans ce cas-là, elle ne pouvait pas lui jeter la pierre. Il ne lui demandait pas depuis combien de temps, elle était là et cela la soulagea un chouilla. Comment allait-elle pouvoir lui admettre qu’elle l’avait trahi avant. « Un mois et demi. Depuis peu donc… » Soupira t-elle « Te connaissant tu as probablement rencontré une superbe jeune femme et tu l’as suivi. » Plaisanta t-elle jaunement tout en entendant son cœur se brisait au moment où elle prononçait cette phrase. C’était un moyen de savoir si il avait retrouvé quelqu’un sans vraiment lui demander directement. La réponse à la question lui faisait profondément peur. La jeune femme avait envie de croire que cette rencontre était un signe du destin, que leurs vies étaient encore liées et qu’ils avaient une chance de se remettre ensemble. Alors une nouvelle petite-amie dans sa vie à lui lui ferait mal.

Les mains toujours tremblante, la jeune femme se rendit compte qu’elle tenait toujours la main de son mari. Les émotions de la rousse obstruaient son jugement personnel. Non, bien sûr que non, elle ne voulait pas qu’il l’oublie mais c’était mieux pour lui. Il méritait mieux que de rester coincé avec cette rousse qui lui servait de femme. Celle qui avait fait foiré leur mariage en toute beauté. Riley regardait le beau visage de son mari, de celui qu’elle aimait toujours autant qu’au premier jour voire même encore plus qu’avant et ce malgré tout ce qui avait bien pu leur arriver. Son petit cœur battait toujours autant la chamade. Le voir se mordre la lèvre, la fit un peu rougir et baisser la tête. Sa seconde main s’approcha trop près de son visage, elle sentit son contact chaud et tendre et lorsqu’il posa sa question, elle voulut lui donner tout son monde une seconde fois. Les mots ne sortaient comme elle le souhaitait. A la place, ils restaient coincés dans sa gorge bien qu’elle réussit à articuler quelques brides de sa pensée. « Non… Ce n’est pas ce que je veux et je pense que tu le sais bien mais… » C’est mieux pour toi, tu mérites mieux, pensa t-elle. Relevant les yeux, elle plongea son regard dans celui du jeune homme. « Je nous ai fait trop de mal pour que tu puisses rester avec moi. Tu rêves d’avoir une famille et pour le moment je n’ai pas été capable de te la donner. Tu as le droit à tout ça et je ne peux pas t’en empêcher. Ce serait égoiste. » La rousse était honnête avec lui mais aussi elle-même. Elle ne pouvait pas lui retirer sa joie alors qu’elle l’aimait encore. Elle retira sa main et fixa son café. «Quand on aime, il faut savoir laisser partir. N'est-ce pas ? » soupira t-elle dans un presque sanglot.


roller coaster


@William G. Wellington




Broken Arrow
It's so hard to keep yourself on the straight and narrow. When you shoot across the sky like a broken arrow. You fall off course,  ▬ Yeah when you hit the ground. It's hard to get to heaven when you're born hell bound


Revenir en haut Aller en bas
J'ai actuellement : 0 points et j'ai balancé : 40

Message(#)Sujet: Re: will&riley ☀ you set fire to my atmosphere   Mar 26 Sep - 15:10


   
  


you set fire to my atmosphere.


 Jamais il n'aurait cru que de paroles aussi moindres que celles qu'il venait d'entendre procurerait un tel choc dans son esprit. Alors, Riley avait-elle tout de suite compris dans quel foutoir il s'était mis ? Que son pauvre petit coeur était à la fois prisonnier de l'une mais aussi de l'autre femme qu'il aimait, malgré tout, toutes les deux ? Un amour bien différent certes, chaque fille associé à une histoire et le voilà qu'il se haïssait et il haïssait également la situation critique dans laquelle ses sentiments l'avaient fourré. Il avait voulu jouer, et il avait perdu. Il avala alors doucement sa salive et haussa doucement les épaules en baissant les yeux sur leurs doigts qui étaient encore entremêlés. William, qui était d'habitude si droit et honnête, hésitait entre mentir, ou du moins cacher la vérité, ou rester fidèle à lui-même pour la première fois de sa vie.« Et même si c'était le cas, qu'est-ce que ça changerait au fond ? » Une réponse simple, évasive. Si différente de la sincérité et des je t'aime qu'il chuchotait auparavant au creux de son oreille après avoir replacé quelques cheveux roux derrière celle-ci. Il n'était pas fier de lui, il se détestait de ne pas avoir essayé plus longtemps, d'avoir abandonné si vite. Mais, s'il n'était pas venu ici avec Julia, l'aurait-il un jour retrouvée après tout ? Le destin avait décidé de se jouer d'eux, à eux de composer avec.
Lâchant sa main finalement, il écoutait attentivement sa réponse. Qui le brisa également. Comment avait-elle pu renoncer à l'heure histoire si vite, à lui qui l'avait aimé comme un fou et qui lui aurait donné sa vie. Si elle l'aimait tant, pourquoi était-elle partie si brusquement, l'abandonnant à ses maux qui l'avaient rendu si faible ? William Wellington, ce garçon si droit, inébranlable, avait été touché en plein coeur par la petite irlandaise qui l'avait réduit à néant, désireux de retrouver la tendresse de l'amour, apeuré de ressentir également tant de peine. D'ailleurs, ses paroles le rendait presque en colère contre elle. Savoir laisser partir ? C'était elle qui était partie. Lui qui avait dû se résoudre à la laisser lui glisser entre les doigts. « J'imagine que t'as raison. » Il répondit alors simplement, d'une voix plus sèche qu'il ne l'avait escompté, qui traduisait l'amertume qu'il éprouvait cependant à l'instant précis. Il fallait être honnête, il en voulait à Riley au moins autant qu'il l'aimait. Et c'était quelque chose qui était difficile à cacher.« C'est d'ailleurs ce que j'ai fait. » reprit-il, toujours de cette maîtrise parfaite de ses émotions qui commençaient à s'accumuler, si bien qu'il sentait bientôt que le vase serait bien trop vite rempli et qu'il redoutait la fameuse goutte d'eau qui illustrait le fameux proverbe.« Je t'ai laissée partir. J'espère que ça en a valu le coup. » @Riley A. Wellington
© Frimelda, sur une proposition de © Blork




and all we'll ever need
is another day, we can slow down 'cause tomorrow is a mile away and live like shooting stars, 'cause happy endings hardest to fake ••ALASKA (eden)

Revenir en haut Aller en bas
 
will&riley ☀ you set fire to my atmosphere
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Recherche open : Fire & Shadow
» Un article intéressant de Régine Chassagne du groupe Arcade fire
» Fear To Fire II
» [UPTOBOX] Fire Girls [DVDRiP]
» MILLA ♣ set fire to the rain

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Los Angeles Times :: Los Angeles :: Downtown Los Angeles :: Pixel & Bitmap-
Sauter vers: